Économie – Social

Projet d'accord sur le prix des péages de l’autoroute A4 en Moselle

Par Armêl Balogog, France Bleu Lorraine Nord lundi 23 février 2015 à 16:56

Péage d'autoroute
Péage d'autoroute © MaxPPP

Bonne nouvelle pour les abonnés mosellans de l’autoroute A4 : le 23 février, le Conseil général a proposé un projet d’accord avec la Sanef sur le prix des péages. La proposition phare : 50% de réduction pour plus de 21 trajets domicile-travail par mois. Cet accord vient apaiser les automobilistes après l’annonce soudaine du désengagement du conseil, fin 2014.

C’est peut-être l’épilogue de la crise des abonnements sur l'autoroute A4. Lundi 23 février, le président du Conseil général, Patrick Weiten, a soumis aux conseillers généraux un projet d'accord avec la société concessionnaire, la Sanef.

A partir du 1er juillet, de nouveaux tarifs pourraient entrer en vigueur aux péages, uniquement pour les trajets domicile-travail  :

50 % de réduction pour 21 à 46 déplacements par mois ,25 % de réduction pour 11 à 20 déplacements par mois ,pas de réduction pour moins de 10 déplacements domicile-travail par mois.

Eviter les abus et faire des économies

Le nouveau système s’accompagne d’un contrôle accru des abonnés (dont les détails n’ont pas été rendus publics). Le système est dissuasif , pour Patrick Weiten. Il décourage "ceux qui profitaient du système et qui ont fait bondir la participation du département".

Dans la première version de ce système d’abonnement à la Sanef, mise en place en 1997, le Conseil général payait 40% des abonnements dès le 1er trajet. L’offre alléchante avait attiré les voyageurs au point que le nombre d’abonnés était passé de 1.500 en 1997 à 8.500 en 2014. Mais parmi ces individus, 1.200 n’étaient pas mosellans . Pour limiter les coûts, le département avait brutalement rompu la convention qui le liait à la Sanef à l'automne 2014. Mais devant le tollé des automobilistes, qui devaient se retrouver avec des factures en hausse de 66% , le Conseil général est revenu à la table des négociations.

Au final, le nouvel accord devrait faire passer la subvention du département de 874.000 euros à 680.000 euros, soit une économie de 274.000 euros . L'accord sera signé avec la Sanef après le vote du Conseil général. Mais pour les automobilistes, il est décevant, parce qu'il pénalise ceux qui font moins de 21 trajets, pour beaucoup des étudiants et des personnes à temps partiel, qui ont peu d'argent.