Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Projet d'indépendance. Arkéa met un pied en-dehors du mutualisme

vendredi 29 juin 2018 à 18:20 Par Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Lors de son conseil d'administration à Bordeaux aujourd'hui, le Crédit Mutuel Arkéa a commencé à abattre quelques cartes. La partie de Poker qu'il mène avec la confédération nationale du crédit mutuel se poursuit, mais on sait désormais qu'Arkéa va dire au-revoir au statut mutualiste.

L'en-tête du communiqué du jour
L'en-tête du communiqué du jour © Radio France - Crédit Mutuel Arkéa

La date du 29 juin était cochée depuis longtemps par la direction d'Arkéa. A cette date, les dirigeants commenceraient à évoquer les grandes lignes de leur projet. Comment concrètement faire vivre un Arkéa indépendant en-dehors du Crédit Mutuel ?

Le projet a évolué, contraint d'abandonner le mutualisme

Longtemps affichée, la volonté de rester quoi qu'il arrive un établissement mutualiste est cette fois officiellement abandonnée. Dans la loi, un groupe mutualiste doit avoir un organe central, or cet organe central, c'est la confédération, celle que précisément Arkéa veut quitter.

Alors comme le gouvernement a refusé à Arkéa de créer son organe et a aussi refusé de changer la loi, Arkéa est bien obligé d'évoluer, de changer de stratégie et donc de prévoir d'abandonner le statut officiel d'établissement mutualiste. Même si la philosophie et les valeurs du mutualisme doivent perdurer, c'est ce que dit le communiqué du jour, et c'est ce que disaient aussi les manifestant du 17 mai à Paris.

Les caisses deviendront des "sociétés locales coopératives"

Le texte parle "d'identité mutualiste de valeurs mutualistes", mais il sera d'abord et surtout coopératif. Il devra rester la propriété des sociétaires. Il devra toujours permettre de mutualiser les risques entre l'ensemble des entités du groupe Arkéa. Mais cela engage tout de même une autre vraie mutation : celle des caisses locales. Elles deviendront des "sociétés locales coopératives". L'activité bancaire, selon le communiqué, sera réalisée par une seule entité : Arkéa. Avec quels rôles, quels pouvoirs pour les administrateurs (qui ont voté pour l'indépendance dans un vote d'orientation en mars) ? Pourront-ils toujours donner leur avis sur les prêts accordés localement ? 

Nouveau CCE le 5 juillet

Mais une fois ces grandes lignes jetées sur le papier, il reste encore beaucoup de points d'interrogation. Et pour une source syndicale, avec ce schéma, "Arkéa se fragilise". Prochain épisode sans doute lors du comité central d'entreprise le 5 juillet prochain. Les représentants du personnel, qui pour certains sont inquiets du projet et de ses conséquences en interne, pourront interroger leurs dirigeants sur ce schéma de fonctionnement qui commence tout juste à se dévoiler.