Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Collège de Parempuyre et pesticides : le château veut se convertir au bio

-
Par , France Bleu Gironde

Nouveaux rebondissements de taille dans l'affaire de Parempuyre. Le vignoble en face du terrain désigné pour la construction du futur collège veut entamer sa conversion en viticulture biologique. Le conseil départemental et le collectif de parents d'élèves se réjouissent de cette décision.

Parents, associations environnementales et conseil départemental se réjouissent de l'annonce de la conversion au bio des vignes à proximité du futur collège.
Parents, associations environnementales et conseil départemental se réjouissent de l'annonce de la conversion au bio des vignes à proximité du futur collège. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Le projet de reconstruction du collège de Parempuyre rebondit. Le vignoble Clément-Pichon en face du terrain désigné pour le futur établissement va entamer sa conversion en viticulture biologique, a annoncé mercredi 16 janvier le groupe Fayat qui le détient. Le conseil départemental à l'origine du projet, le collectif de parents d'élèves et les associations environnementales qui s'y opposaient, se disent heureux de cette décision

Le projet de construction de collège a "accéléré" la conversion du château en bio, selon Gwendeline Lucas directrice générale des vignobles Fayat. 

"La question de la conversion bio nous préoccupe depuis plusieurs années. Notre démarche débutera par les cinq hectares à proximité des habitations, pour s'étendre par la suite sur l'ensemble du vignoble." — Gwendeline Lucas, directrice générale des vignobles Fayat, espère l'obtention du label bio d'ici trois ans. 

Une décision inédite, selon Christine Bost, vice présidente du conseil départemental de la Gironde à l'initiative de la reconstruction du collège, qu'elle souhaite exemplaire pour les vignobles alentours. Par ailleurs, elle espère que le temps de reconversion du vignoble concordera avec les délais de construction du collège sur le nouveau terrain, si ce premier plan est maintenu. 

"Cette promesse de M. Fayat nous réjouit mais on va rester vigilants sur le processus de conversion au bio, avec l'aide des experts [les associations environnementales "Alerte Pesticides Haute Gironde", "Info Médoc Pesticides" et "Alerte aux Toxiques !"]" — Ludovic Coutant, membre du collectif de parents d'élèves. 

Parents d'élèves et associations environnementales, sur le terrain litigieux. En arrière plan, le vignoble et le château.  - Radio France
Parents d'élèves et associations environnementales, sur le terrain litigieux. En arrière plan, le vignoble et le château. © Radio France - Fanny Ohier

Un second projet est en cours d'études entre les collectifs de parents d'élèves, de riverains, les associations environnementales, et le conseil départemental. Il prévoirait la reconstruction du collège en lieu et place de l'actuel ; tandis que sur le terrain litigieux seraient construits à la fois les préfabriqués temporaires et le complexe sportif.  Une réunion entre les deux parties est prévue à la fin du mois pour en discuter. Les deux projets seront désormais envisagés à la lumière de la conversion en bio du château voisin. 

La légalité du permis de construire du collège remise en question par le château 

Par ailleurs, une autre annonce faite par le château remet en question la légalité du permis de construire pour le collège. Il affirme en effet que le terrain litigieux n'est pas constructible puisqu'il se trouve dans le périmètre de 500 mètres de protection du château, classé monument historique depuis 2000. De plus, lors de la cession de ce terrain à la mairie par le groupe Fayat en 1991, il devait rester vierge et boisé, selon le château. Le groupe Fayat va donc porter plainte contre le PLU, le Plan Local d'Urbanisme. La conseillère départementale Christine Bost dément, et affirme que le PLU est respecté. 

Choix de la station

France Bleu