Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Projet commercial à Lucciana : La CDAC vote contre

mardi 24 juillet 2018 à 18:20 Par Hélène Battini et Olivier Castel, France Bleu RCFM

Le projet de 43 000 m2 dont 27 000m² de surface commerciale, porté par la famille Fanti, s'est heurté à l'avis défavorable de la Commission Départementale d'Aménagement Commercial de Haute-Corse. 7 voix contre, 4 voix pour. Les promoteurs ont la possibilité d'engager un recours. .

Un rassemblement contre le projet s'est tenu mardi matin devant la Préfecture de Bastia, au moment où la commission se réunissait.
Un rassemblement contre le projet s'est tenu mardi matin devant la Préfecture de Bastia, au moment où la commission se réunissait. - Facebook - STC UL Bastia

Bastia, France

Après quatre heures de réunion, les membres de la CDAC (commission départementale d'aménagement commercial) ont procédé au vote. Sur 11 membres, 7 ont exprimé leur désapprobation concernant le projet. Une majorité qui estime que l'impact environnemental du projet de Lucciana est trop important.

Les 7 élus, Pierre Savelli (Maire de Bastia), José Galetti (Maire de Lucciana), Jean Biancucci (pdt de l'Agence de l'Aménagement durable et de l'Energie de la Corse), Fabienne Giovannini (pour la majorité nationaliste de l'Assemblée de Corse), Anne-Marie Natali (pdte de la Communauté des Communes de Marana-Golu), Agnès Simonpietri et François Tatti (pdt de la Communauté d'Agglomération Bastiaise) et les 4 personnes qualififiées qui composent cette commission ont débattu sur les questions du développement durable et de l'aménagement du territoire. Des voix se sont élevées affirmant que le projet, de par son éloignement des centres urbains, risquait de "vider les bassins de vie" de leur activité commerciale.

Pierre Savelli se réjouit de cette décision. Il estime que le projet "va à l'encontre de ce que nous voulons faire (sic)". 

C'est un très beau projet, parfaitement présenté. La CDAC ne peut pas se prononcer que sur l'impact environnemental et  l'aménagement du territoire. Et faire se déplacer des milliers de personnes, tous les jours, en voiture, vers un centre commercial, a un impact énorme. [...] En termes d'aménagement du territoire, construire 43 000m² dans une zone très éloignée des gros centre-bourgs et centres-villes, crée un problème. Il faudra construire autour, et aujourd'hui, ce que l'on fait c'est mettre du commerce là où il y a des habitations.

Pierre Savelli, Maire de Bastia

Les centres commerciaux d'Ajaccio ne sont "pas de la même nature que celui de Lucciana" selon le Préfet de Haute-Corse

De son côté, le Préfet de Haute-Corse, Gérard Gavory, estime que les débats autour du projet commercial relève d'une divergence de points de vues, et que la commission a permis de connaître des éléments importants. Beaucoup se sont exprimés sans connaître la réalité du projet, et beaucoup des membres de la commission l'ont découverte ce matin. On fait référence à ce qui s'est passé à Ajaccio, avec deux grands centres commerciaux, mais qui sont trois à quatre fois plus importants que celui de Lucciana et n'ont pas la même philosophie, la même organisation. Cet élément a amené l'assemblée de Corse à adopter une motion à l'unanimité en mai 2018. On est dans une confrontation entre une orientation politique, que je respecte, et des porteurs de projets privés, qui ont aussi une vision de développement. Je pense qu'il y avait la place pour une discussion, mais je respecte parfaitement la position des élus de Corse.

Gérard Gavory, Préfet de Haute-Corse

Les porteurs de projets, de la société "Fanti Promotion", peuvent formuler un recours auprès de la Commission Nationale de l'Aménagement Commercial (CNAC), dans un délai d'un mois.