Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Projet de rénovation d'Actisud : "la zone est encore très attractive, nous souhaitons qu'elle le reste"

mardi 5 mars 2019 à 11:39 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

La zone commerciale Actisud, près de Metz, veut se mettre à la page. Les élus du secteur ont lancé une étude pour diagnostiquer les besoins de ce gigantesque pôle qui existe depuis les années 60. Le vice-président de Metz Métropole Henri Hasser est en charge de ce dossier.

Le centre commercial Waves a ouvert ses portes à Actisud en 2014
Le centre commercial Waves a ouvert ses portes à Actisud en 2014 © Radio France - Jordan Muzyczka

Moselle, France

C'est la deuxième plus grande zone commerciale de France. Actisud, située sur les communes d'Augny, Jouy aux Arches et Moulins. 5000 employés, 500 millions d'euros de chiffre d'affaire, le centre commercial Waves au milieu, ouvert en 2014 et qui attire 4 millions et demi de visiteurs par an. Sauf qu'Actisud est vieillissante et une étude vient d'être lancée pour qu'elle s'adapte aux nouveaux modes de consommation. Le diagnostic devrait durer treize mois.

Une vacance commerciale d'environ 16%

"On a une zone relativement fragmentée, explique Henri Hasser, vice-président de Metz-Métropole en charge du dossier Actisud, avec onze secteurs repérés, des formats de commerces qui ne sont pas ceux qui sont souvent demandés, un taux d'inoccupation d'environ 16%. Cela étant, la zone fonctionne encore très bien. Mais nous souhaitons qu'elle reste attractive". 

Favoriser "l'accessibilité routière" et "les déplacements de piétons au sein de la zone"

L'important aujourd'hui, c'est de "favoriser les liaisons entre les différents secteurs, l'accessibilité routière, les déplacements piétons au sein de la zone" - selon Henri Hasser, la majorité des clients viennent tout de même majoritairement en voiture. Il évoque aussi la possibilité d'un "transport collectif qui rejoindrait le centre de la métropole en passant par le plateau de Frescaty" où un nouvel arrêt de Mettis est prévu, avec notamment l'installation de la plateforme logistique Amazon. 

Si les partenaires privés "ne participent pas, il ne se passera rien sur la zone"

Tous ces éléments vont être étudiés "par une équipe pluridisciplinaire : des architectes, des paysagistes, des spécialistes de la programmation commerciale, des réseaux, du développement durable", détaille le vice-président. L'Etat intervient également en finançant une étude "sur l'écologie industrielle et territoriale". "Toutes ces études doivent être faites avec les propriétaires et les enseignes qui sont sur la zone, parce que s'ils ne participent pas, il ne se passera rien sur la zone."

Un pôle de loisirs, des circuits de karts, un spa, des restaurants : "il y a beaucoup de choses à imaginer"

"L'objectif de la Métropole, c'est que cette zone vive dans les quinze ou vingt ans qui viennent, et prenne en compte les nouvelles aspirations des clients, poursuit-il, citant l'exemple de l'ancien magasin Atlas, sur le terrain duquel il y a un projet de centre de loisirs. "On peut imaginer un pôle indoor, des circuits de kart, des restaurants, pourquoi pas un centre aqua-ludique, avec spa, club sportif, espace santé, il y a beaucoup de choses à imaginer. "

Henri Hasser, invité de la rédaction de France Bleu Lorraine