Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PSA attend des précisions sur l'accord du Brexit

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Quel sera l'impact du Brexit pour PSA ? Alors que le Royaume-Uni quitte ce vendredi l'Union Européenne, le groupe automobile français est dans l'attente : si la signature d'un deal a permis d'éviter le pire, c'est encore le flou pour l'organisation des échanges commerciaux.

Le Brexit ne devrait pas impacter le site PSA de Sochaux
Le Brexit ne devrait pas impacter le site PSA de Sochaux © Radio France - Sébastien Baer

Pas de taxes ni de quotas, mais bien des contrôles douaniers rétablis pour toute marchandise qui circule entre le Royaume-Uni et l'Europe : pour le groupe PSA, le Brexit avec accord a beau être un soulagement, de nombreuses questions restent en suspens sur l'organisation concrète des échanges.

Le flou à l'heure du Brexit

Malgré les 1.246 pages de l'accord qui acte le divorce du Royaume-Uni et de l'Union Européenne, le groupe automobile est encore dans le flou sur l'impact qu'il aura ou non sur ses activités. "C'est beaucoup trop tôt, il faut regarder les détails de l'accord d'abord", indique le groupe. Du côté des syndicats, "on n'a pas du tout évoqué la question, souffle un délégué, il faut dire que l'accord est tombé à Noël ! C'est déjà un soulagement. Si des taxes avaient été rétablies, ça aurait pesé sur la compétitivité, donc sur les salariés."

Ce sont surtout les usines britanniques du groupe, à Luton et Ellemere Port, qui pourraient être impactées : Carlos Tavares avait d'ailleurs prévenu qu'un no deal aurait pu signifier la fermeture de l'une des deux usines. Certains modèles Opel Vauxhall, qui y sont fabriqués, sont particulièrement prisés sur le marché britannique et figurent ces dernières années dans le Top 5 des ventes. Ils constituent la majeure partie des 2,3 millions de voitures du groupe PSA vendues en 2019 sur le marché britannique.

En revanche, peu d'inquiétude pour les Peugeot, produites notamment à Sochaux. Elles sont moins populaires Outre-Manche, bien que le Royaume-Uni reste le principal marché à l'étranger pour la marque. Selon plusieurs spécialiste de l'automobile, difficile d'évacuer concrètement pour l'heure les conséquences qu'auront le Brexit. "Le retour des formalités douanières pourrait gripper la machine", selon l'économiste Jean-Luc Guindère, "mais il devrait y avoir peu d'impact à court terme."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess