Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

PSA Hérimoncourt : 7,5 kilomètres d'archives pour retracer 200 ans de mémoire industrielle

jeudi 16 novembre 2017 à 17:39 Par Christophe Beck, France Bleu Belfort-Montbéliard

C'est un fond unique au monde. Le centre d'Archives de Terres Blanches à Hérimoncourt réunit sur plus de 7,5 kilomètres d'archives les 200 ans de l'aventure industrielle de la famille Peugeot. Le centre nous a ouvert ses portes. Une visite rare, car le site est réservé aux professionnels.

7,5 kilomètres de documents sur 2500 mètres carrés d'archives.
7,5 kilomètres de documents sur 2500 mètres carrés d'archives. © Radio France - Christophe Beck

Hérimoncourt, France

Tout un symbole. Le site des Terres Blanches est situé à quelques centaines de mètres du moulin familial du Sous Cratet à Hérimoncourt que la famille Peugeot a transformé en 1810 en fonderie d'acier. C'est l'acte fondateur de ces 200 ans d'histoire industrielle. Vingt trois ans plus, tard, la société Peugeot Frères Aînés décide de la construction d'une fabrique de quincaillerie sur le site de Terres Blanches à Hérimoncourt qui verra ensuite la naissance de l'outillage électrique. C'est dans ce berceau de l'histoire familiale que Pierre Peugeot décide en 2005 de créer le centre mondial d'archives du groupe qui sera inauguré cinq ans plus tard par son fils Thierry Peugeot.

7,5 kilomètres de documents. Presque la distance sur le site des Terres Blanches et l'usine de Sochaux.

C'est un fond unique au monde installé sur 15 000 mètres carrés de bâtiments. Les chiffres donnent le tournis. 5 km de documents papiers, 30 000 vidéos, 4,5 millions de photos, 1,5 millions de plans, 40 000 dessins de styles et 25 000 affiches. Sans compter les 400 véhicules stockés dans les réserves en attente de rénovation ou d'affectation. Au total, 7,5 kilomètres de documents, presque la distance qui sépare le site des Terres Blanches de l'usine de Sochaux.

"C'est un centre de documentation exceptionnel qui regroupe les archives de toutes les sociétés qui ont transité par le groupe : Peugeot, Citroën, mais aussi Panhard Levassor, Simca, Talbot, Chrysler, explique Thierry Peugeot, l'ancien président du conseil de surveillance de PSA et président du fond d'archives. "La gestion de ce centre a été confiée à un fond de dotation, extérieur au groupe PSA, afin d'offre une pérennité à ce site".

"C'est l'un des trois plus grands centres d'archives industrielles en France", explique Thierry Peugeot, président du fond d'Archives.  - Radio France
"C'est l'un des trois plus grands centres d'archives industrielles en France", explique Thierry Peugeot, président du fond d'Archives. © Radio France - Christophe Beck

Thierry Peugeot, président du Fond d'Archives de Terres Blanches à Herimoncourt

Aujourd'hui, neuf personnes travaillent à la gestion de ces millions de documents. Les deux tiers sont répertoriés. Il reste donc encore du travail de classement. Et des documents arrivent tous les mois. Les dernières acquisitions sont arrivées de la direction générale du groupe qui a quitté le siège historique de l'avenue de la Grande Armée à Paris.

Le centre est réservé aux professionnels : étudiants, chercheurs, écrivains. Pour le grand public, des consultations à distance sont possibles. "On a environ 350 demandes par an. On ne peut pas répondre tout le monde. Mais on va bientôt ouvrir notre base de données en ligne, dès qu'elle sera constituée, avec des fiches descriptives et des apercus de photos", détaille Mathieu Petitgirard, conservateur du fond d'archives.

La toute première ébauche de la 205 qui a bien évolué jusqu'au "sacré numéro" qu'on a connu.  - Radio France
La toute première ébauche de la 205 qui a bien évolué jusqu'au "sacré numéro" qu'on a connu. © Radio France - Christophe Beck
Les actes notariés des différentes fabriques de la famille Peugeot au XIXème siècle dans le Pays de Montbéliard - Radio France
Les actes notariés des différentes fabriques de la famille Peugeot au XIXème siècle dans le Pays de Montbéliard © Radio France - Christophe Beck