Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

PSA Hérimoncourt : le reclassement des salariés est bouclé, l'avenir du site se dessine

L'avenir du site PSA d'Hérimoncourt se précise doucement. Une nouvelle réunion entre élus et direction du groupe PSA a permis de faire le point sur le volet social et l'avenir du site. Le groupe Adecco y implantera un centre de formation pour apprentis. Une deuxième piste est à l'étude.

"Une solution a été trouvée pour chacun des 175 salariés du site d'Hérimoncourt", affirme Bruno Bertin, DRH France de PSA.
"Une solution a été trouvée pour chacun des 175 salariés du site d'Hérimoncourt", affirme Bruno Bertin, DRH France de PSA. © Radio France - Christophe Beck

Le dossier de l'avenir de l'usine PSA d'Hérimoncourt semble en bonne voie. C'est en tout cas le message qu'ont voulu faire passer les cadres du groupe PSA, lors d'une nouvelle réunion avec les élus du Pays de Montbéliard, ce mardi matin. Le reclassement des salariés est assuré et la réindustrialisation du site d'Hérimoncourt est en marche. L’annonce du transfert de l’activité du site vers Vesoul avait provoqué l’émotion au sein du pays de Montbéliard, faisant craindre aux syndicats et aux élus la fermeture de l’usine, et des pertes d’emplois.

La majorité des salariés travailleront à Sochaux ou Vesoul

Sur les 175 salariés de l’usine, environ 120 d’entre eux ont émis le souhait de travailler à PSA Sochaux, affirme le groupe automobile, un seul à Mulhouse. 20 sont prêts à rejoindre Vesoul. Et 30 autres ont un projet personnel. Les mutations devraient s’engager très vite.

Mais le DRH France de PSA, Bruno Bertin, se défend de toute précipitation. "Les choses se font progressivement dans le calendrier que nous avons fixés. Il est important de sécuriser le futur professionnel de nos salariés et d'engager les mutations quand les opportunités se présentent"

Un pôle de formation aux métiers de l'automobile du futur

Pour ce qui est de la réindustrialisation du site, un projet est désormais abouti. Le groupe Adecco veut implanter une centre de formation pour apprentis dans les métiers de l'automobile du futur. Le CFA sera baptisé "les racines du futur" en allusion au passé de cette usine d'Hérimoncourt, berceau de l'aventure Peugeot. "C'est un site symbole dans lequel l'automobile a été crée. Y former des gens sur les métiers de demain, je pense que c'est une très jolie histoire", explique Frédérique Plasson, directrice emploi et formation chez Adecco.  Le centre pourrait ouvrir au plus tôt à la rentrée 2020.

Frédérique Plasson, directrice générale emploi et formation à Adecco Group
Frédérique Plasson, directrice générale emploi et formation à Adecco Group © Radio France - Christophe Beck

Deuxième projet qui reste à construire. L'implantation d'une unité de production pour le groupe allemand Welp Group qui travaille pour Bugatti (Molsheim) et pour l'armée suisse (blindages). "Hérimoncourt est à 6 kilomètres de la Suisse et à une heure trente de Molsheim, ce sont des atouts pour Welp Group", explique Bertrand Blaise, le directeur de la communication du groupe PSA. Welp Group viendra visiter l'usine d'Hérimoncourt en septembre. 

La maire d'Hérimoncourt, Marie France Bottarlini est plutôt satisfaite de ces propositions, mais elle demande à voir. Le député LREM du Doubs Frédéric Barbier parle d'avancée intéressantes : "Le centre de formation serait tourné vers les métiers de l’automobile afin d’alimenter notre bassin industriel de personnes dont les qualifications permettraient de répondre aux enjeux des nouvelles mutations économiques, industrielles, technologiques, ou encore environnementales auxquelles les constructeurs automobiles sont confrontés", explique Frédéric Barbier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu