Économie – Social

PSA : polémique autour de la forte augmentation du salaire du patron, Carlos Tavares

Par Julien Baldacchino, France Bleu Alsace, France Bleu Besançon, France Bleu Elsass et France Bleu mardi 29 mars 2016 à 12:15

Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA Peugeot Citroën
Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA Peugeot Citroën © Maxppp -

Le patronat, les syndicats ainsi que le gouvernement ne parviennent pas à s'entendre, ce mardi, sur la question de la rémunération du PDG de PSA Peugeot Citroën. Vendredi, le groupe a annoncé que Carlos Tavares avait gagné 5,24 millions d'euros en 2015, contre 2,75 millions l'année précédente.

Un salaire qui a presque doublé, il y a de quoi susciter une vive polémique : ce mardi, les syndicats et le gouvernement se sont élevés contre la hausse de la rémunération du patron de PSA Peugeot Citroën, Carlos Tavares, en 2015. En effet, selon le document de référence de l'entreprise, publié vendredi, le président du directoire du groupe a gagné 5,24 millions d'euros en 2015.

Les représentants de l'Etat ont voté contre

En 2014, il n'avait touché "que" 2,75 millions d'euros. Comment expliquer un tel rebond ? Cela vient des bons résultats de l'entreprise PSA l'an dernier : pour la première fois depuis 2010, elle a dégagé un bénéfice, qui s'élève à 1,2 milliard d'euros. Or la rémunération de Carlos Tavares dépend en partie des résultats.

"Si nous étions dans une entreprise où l'Etat a 30% ou 40%, ou 50% de participation, ça aurait bloqué", a assuré ce mardi matin le ministre des Finances Michel Sapin sur France Inter, assurant que les représentants de l'Etat au conseil d'administration de PSA ont voté contre cette augmentation "dommageable".

Le Medef prend la défense de Carlos Tavares

Les syndicats aussi se sont prononcés contre cette augmentation "pas légitime", selon le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger : "PSA se redresse, tant mieux, évidemment en partie grâce à ses dirigeants, mais c'est aussi grandement grâce aux efforts des salariés et à la richesse créée par les salariés", a-t-il déclaré sur BFMTV. Du côté d'Europe Ecologie - Les Verts, le porte-parole Julien Bayou a qualifié ce salaire "d'indécent".

Seule partie à prendre la défense du patron de PSA : le patronat. Invité de France Info ce mardi matin, le patron du Medef Pierre Gattaz a décalré trouver normal de "féliciter Carlos Tavares du redressement exceptionnel qu'il a fait de PSA (...). Quand il y a de la réussite, ça ne me choque pas qu'on récompense la réussite", a-t-il déclaré. Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, a jugé que cette rémunération n'était "pas disproportionnée du tout".