Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

PSA Sochaux : vers la fin du service de bus collectif pour les salariés de l'usine ?

vendredi 29 mars 2019 à 7:59 - Mis à jour le vendredi 29 mars 2019 à 18:47 Par Jonathan Landais, Christophe Beck et Mélanie Kuszelewicz, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu Besançon

La direction de l'usine PSA de Sochaux prévoit de supprimer d'ici trois ans le service de bus mis à disposition des salariés pour venir travailler. L'annonce a été faite ce jeudi soir en fin de CSE. Les syndicats disent leur incompréhension. Près d'un millier de salariés sont concernés.

Des ouvriers de PSA arrivant par le bus sur le site PSA de Mulhouse (photo d'illustration).
Des ouvriers de PSA arrivant par le bus sur le site PSA de Mulhouse (photo d'illustration). © Maxppp - Thierry Gachon

Sochaux, France

Les transports collectifs de salariés pourraient disparaître à l'horizon 2022 à l'usine PSA de Sochaux, dans le Doubs. L'annonce a été faite en toute fin de CSE (Comité social et économique) ce jeudi soir à Sochaux. Cette décision a pris de court les syndicats. La CGT dénonce une mesure "discriminatoire".

Une question de FO en fin de réunion

La direction répondait à une question de Force Ouvrière qui se plaignait de certains trajets à rallonge sur ce service de transport. La réponse de la direction a jeté un froid. L'objectif est qu'il n'y ait plus de bus à l’horizon 2022, au moment de la mise en service de la future usine de Sochaux. Les syndicats ont semblé abasourdis par cette annonce.

"Les transports sont un héritage de la famille Peugeot lorsqu'elle a construit cette usine dans la plaine de l'Allan", déclare Force Ouvière. "Après le patrimoine immobilier de l'usine, on s'attaque au transport des salariés", renchérit la CGT, pour qui, la disparition de ce service est "discriminatoire", notamment pour les salariés qui n'ont pas de solution de mobilité. 

Cela avait été mis en place par la famille Peugeot"

"C'est quelque chose qui est inconvenable, c'est quelque chose qui avait été mis en place par la famille Peugeot, ça sert à transporter les salariés, à leur permettre d'arriver à l'heure, d'être moins fatigués... quand ils ne prennent pas leur voiture, ils prennent le bus, ils sont moins fatigués quand ils arrivent à la maison", déclare sur France Bleu Eric Peultier, représentant Force Ouvrière au CSE de l'usine de Sochaux.

"On fait la chasse au CO2 et PSA dit aujourd'hui je supprime les transports ? On n'est pas d'accord !"

La direction de PSA répond

Pour la direction ces trajets ne seront plus viables en 2022 avec la mise en service de la future usine de Sochaux. Les responsables de l'usine souhaitent mettre en place des horaires plus flexibles pour les salariés, ce qui ne correspondrait pas avec les horaires fixes des bus, nous a-t-on précisé. La direction assure en revanche qu'elle mettra en place un système de covoiturage type Blablacar pour les professionnels. Objectif : remplacer les bus et s'adapter aux besoins de mobilité des salariés au cas par cas.

Un millier de salariés concernés

Le transport collectif de l'usine de Sochaux s'adresse aux équipes de journées (matin, après-midi et journée), mais pas aux équipes de nuit, ni aux équipes du week-end. Aujourd'hui près d'un millier de salariés et d'intérimaires de PSA utilisent ce système de transport. Au total ce sont six compagnies de bus qui travaillent avec PSA.

Trois des compagnies de bus que nous avons pu contacter, affirment qu'elles s'attendaient à la fin du transport de personnel, une activité en déclin depuis plusieurs années. Selon elles, ces suppressions n'auront que très peu d'impact économique sur leur société. Elles assurent pouvoir très facilement basculer leurs lignes vers le tourisme ou le transport scolaire.