Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Puy-de-Dôme : après 14 mois de lutte, les Luxfer manifestent dans les rues de Gerzat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Voilà plus d'un an qu'ils luttent pour leurs emplois et même si leur usine a fermé au printemps dernier ils restent mobilisés. Les Luxfer ont défilé dans le centre-ville de Gerzat ce vendredi, à la mi-journée. Histoire de rappeler à l'Etat qu'ils ont des exigences et qu'ils ne lâcheront pas.

Le cortège des Luxfer arrive en centre-ville de Gerzat
Le cortège des Luxfer arrive en centre-ville de Gerzat © Radio France - Dominique Manent

Le combat des salariés de Luxfer continue. Voilà une douzaine de jours que l'usine de Gerzat, spécialisée dans les bouteilles de gaz haute-pression, est occupée 24 heures sur 24. Les salariés campent sur place pour empêcher tout démontage de machines. Mais ce vendredi, c'est dans la rue qu'on a pu les croiser. Un cortège dans le centre de Gerzat pour demander une nouvelle fois à l'Etat de placer le site sous sa tutelle.

Fatigués mais pas résignés

De la gare SNCF à l'usine Luxfer en passant par le centre-ville, c'est un cortège bruyant qui a traversé Gerzat ce vendredi midi.  Sur les banderoles, un message : "L'Etat tueur d'emploi". Les salariés de Luxfer se sentent abandonnés, trahis. 

Depuis une douzaine de jours, ils occupent leur usine 24 heures sur 24. Philippe, 47 ans, a les traits tirés : "On dort sur place, on mange sur place. Personnellement j'ai trois enfants, c'est difficile de tout combiner. Nous sommes tous éreintés, crevés, même si on se relaie. On a quand même surpris notre responsable de site en train de détruire du matériel". Et c'est pour préserver ces outils de travail que les salariés demandent que le site soit placé sous la tutelle de l'Etat, pour permettre une éventuelle reprise. 

Mais il y a d'autres attentes. Axel Peronczyk, représentant CGT chez Luxfer : "Sur le motif économique, on attend la réponse du ministère du Travail. On veut qu'il statue en notre faveur car nous sommes licenciés pour une compétitivité sur les extincteurs alors qu'on ne fait pas d'extincteurs dans l'entreprise. Et il y a le reclassement. Il n'y a que 15 % des salariés qui ont retrouvé du travail, dont la moitié en contrats précaires".

Une partie des manifestants dans les rues de Gerzat
Une partie des manifestants dans les rues de Gerzat © Radio France - Dominique Manent

Solidarité autour des Luxfer

Dans les rues de Gerzat, le cortège ne laisse personne indifférent. Sur le pas de sa porte, la boulangère compatit. Certains manifestants sont des clients. Sur le trottoir, un jeune Gerzatois commente : "Ils ont raison, faut rien lâcher de toute façon,. Quand on n'a rien à la fin du mois pour remplir le frigo, c'est sûr que ça fait mal au coeur".

Une jeune femme rattrape le cortège : "Je travaille à Riom, chez MSD. On a des soucis, je viens soutenir aussi les personnes de chez Luxfer".

Une partie du cortège dans les rues de Gerzat
Une partie du cortège dans les rues de Gerzat © Radio France - Dominique Manent
Choix de la station

À venir dansDanssecondess