Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : la station de ski du Mont-Dore en redressement judiciaire

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Faute de neige cet hiver, la station de ski du Mont-Dore accuse un déficit de près de 2 millions d'euros. La Saem remontées mécaniques a demandé un placement en redressement judiciaire.

La station de ski du Mont-Dore victime du manque de neige.
La station de ski du Mont-Dore victime du manque de neige. © Maxppp - Rémi Dugne

Ce n'est pourtant pas le premier hiver où la neige se fait désirer au Mont-Dore, mais d'après l'exploitant des remontées mécaniques, le Mont-Dore n'avait pas connu un si faible enneigement depuis la saison 1989-90. "Là on a eu un temps exécrable toutes les vacances de février avec du vent, de la pluie", raconte Patrick Déat, directeur de la Saem du Mon-Dore. "Des températures marginales en plus, ça nous a pas permis de faire fonctionner l'ensemble des enneigeurs correctement : pour trouver plus compliqué ça va être dur !"

Un déficit de près de 2 millions d'euros

D'ordinaire, le mois de février permet d'engranger 65% du chiffre d'affaire de la saison hivernale. Aujourd'hui la station n'est qu'à 20% du chiffre habituel et le déficit flirte avec les 2 millions d'euros. Le conseil d'administration de la Saem remontées mécaniques du Mont-Dore a donc demandé son placement en redressement judiciaire. "C'est pas un gros mot, ça fait partie des fois de la vie d'une entreprise", pour Patrick Déat, il s'agit avant tout "de faire perdurer la station au fil des années".

21 salariés touchés et une soixantaine de saisonniers

Ce placement en redressement judiciaire doit d'abord permettre un report des charges et d'assurer le paiement des 21 salariés permanents de la société et de la soixantaine de saisonniers dont la moitié travaillent déjà en activité partielle. La station du Mont-Dore va ensuite travailler à réduire ses charges explique l'exploitant : "On a la chance d'avoir fini l'ensemble des grandes inspections et des grandes visites sur l'ensemble des remontées mécaniques donc cette année on n'aura pas de grosses charges, on ne fera que de l'entretien courant." Cet été le Mont-Dore ne fonctionnera qu'avec ses salariés permanents et puis il faudra réfléchir à diversifier les activités pour les saisons sans neige. "Le problème c'est que _la plupart des activités ludiques n'ont pas le même rendement que les activités ski_. Faire 5 millions de chiffre d'affaire avec des activités ski sur trois mois, y a pas beaucoup d'entreprises qui peuvent réaliser un tel chiffre en si peu de temps", reconnaît Patrick Déat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu