Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : le baroud d'honneur des salariés de la sucrerie de Bourdon à Aulnat

-
Par , , France Bleu Pays d'Auvergne

Près de 70 salariés de la sucrerie de Bourdon ont manifesté leur colère ce jeudi matin devant leur usine à Aulnat. Ils entendent mettre la pression sur la direction de Cristal Union qui négocie actuellement le Plan de Sauvegarde Emploi.

Aulnat : les salariés entre colère et résignation chez de Bourdon
Aulnat : les salariés entre colère et résignation chez de Bourdon © Radio France - Claudie Hamon

Près de cinq mois après l'annonce de la fermeture de l'usine, 70 salariés de la sucrerie de Bourdon se sont rassemblés ce jeudi matin devant l'entrée de leur usine implantée à Aulnat (Puy-de-Dôme). Fatalistes quant à l'issue, ils ont manifesté leur colère face à l'attitude de la direction du groupe Cristal Union, alors qu'une deuxième réunion paritaire se tenait en même temps à Paris dans le cadre du Plan de Sauvegarde de l'Emploi. 

Rien de possible sans les betteraviers

Les salariés dénoncent un PSE à minima. Une honte pour Patrick Arfeuillère qui travaille à la sucrerie Bourdon depuis plus de 40 ans. Olivier, lui, dénonce une fin de carrière sacrifiée sur l'autel du grand capital. "C'est une coopérative qui devient un gros capitalisme. Ils gèrent ça comme en bourse !"

Patrick Arfeuillère salarié chez de Bourdon depuis plus de 40 ans

Un comité de suivi est prévu mercredi à la préfecture du Puy-de-Dôme. Même si l'ambiance générale semble au fatalisme et à la résignation, les salariés s'accrochent. Avec des idées et des projets pour sauvegarder la sucrerie, mais rien ne peut se faire sans les betteraviers. Brice Laurier, secrétaire du Comité d'Entreprise.

Brice Laurier, secrétaire du Comité d'Entreprise chez de Bourdon

Premiers licenciements en février

Banderole macabre à l'entrée de l'usine de Bourdon à Aulnat
Banderole macabre à l'entrée de l'usine de Bourdon à Aulnat © Radio France - Claudie Hamon

Les négociations du Plan de Sauvegarde Emploi vont se poursuivre jusqu'à fin du mois de décembre et s'il n'y a pas de repreneur, les premiers licenciements interviendront en février prochain. Quant au démantèlement de l'usine, il est programmé fin juin. La campagne sucrière devrait commencer le 1e octobre. Ce sera dernière de l'ère de Bourdon. "Le sucre produit cette année aura un goût amer" lance Olivier. "Dans les supermarchés, les consommateurs mangeront du sucre brésilien de mauvaise qualité. Ils ne s'en apercevront pas puisqu'il sera vendu au même prix !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess