Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : le tireur en fuite identifié

Économie – Social

Puy-de-Dôme : le combat des salariés de Luxfer pour éviter la fermeture de l'usine programmée en juin 2019

dimanche 2 décembre 2018 à 17:31 Par Eric Le Bihan et Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Une semaine après l'annonce de la fermeture de l'usine, c'est ce lundi qu'on entre dans le vif du sujet chez Luxfer à Gerzat. La direction doit présenter à partir de 9h30 son projet lors d'un CE extraordinaire. 136 emplois sont en jeu.

L'avenir s'assombrit pour les employés de Luxfer à Gerzat
L'avenir s'assombrit pour les employés de Luxfer à Gerzat © Radio France - Emmanuel Moreau

Gerzat, Puy-de-Dôme, France

Le contexte social est explosif chez le fabriquant puydômois de bouteilles médicales à pression. Les 136 employés de Luxfer ont appris la semaine dernière que la direction du groupe voulait fermer leur usine en juin 2019. Les salariés devraient en savoir un peu plus à partir de ce lundi matin (9h30) à l'occasion d'un CE extraordinaire, au cours duquel la direction doit présenter son projet. 

Le drapeau français est en berne chez Luxfer à Gerzat - Radio France
Le drapeau français est en berne chez Luxfer à Gerzat © Radio France - Emmanuel Moreau

Les carnets de commande sont pleins

La réunion de ce lundi matin est la première étape du processus imposé par la loi. Les représentants du personnel espèrent pouvoir profiter de cette procédure pour démontrer que la fermeture n'est pas justifiée. Ils ont le sentiment d'être "victimes d'un choix financier imposé par des fonds de pension américains et pas du tout d'une logique industrielle". Les carnets de commande sont pleins et le site de Gerzat doit avoir recours en moyenne à une vingtaine d'intérimaires pour faire face aux besoins de production.

Pas de transfert de machines en Pologne

En attendant, l'usine Luxfer a tourné au ralenti la semaine dernière, entre résignation et tension chez les salariés. Les représentants du groupe ont également présenté leur projet au maire de Gerzat. Jean Albisetti a obtenu la confirmation que les machines ne seraient pas transférées en Pologne, comme la rumeur avait couru, mais qu'elles rejoindraient le site du groupe à Nottingham en Angleterre. Le maire de Gerzat leur a également indiqué qu'il n'était "pas question de partir sans avoir dépollué le site". Ce qui risque de coûter cher à Luxfer.