Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Puy-de-Dôme : les salariés de Dietal veulent limiter la casse sociale et pérenniser le site à Saint-Georges-de-Mons

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le Comité d'Entreprise de Dietal s'est réuni ce mardi en préambule du plan social enclenché sur le site de Saint-Georges-de-Mons. Pour rester compétitif face à la concurrence asiatique, le groupe spécialisé dans le luminaire a décidé de se séparer d’un tiers de ses 210 salariés puydômois.

Saint-Georges-de-Mons : les salariés de Dietal soudés pour éviter une nouvelle casse sociale
Saint-Georges-de-Mons : les salariés de Dietal soudés pour éviter une nouvelle casse sociale - ©JL Borie

Saint-Georges-de-Mons, Puy-de-Dôme, France

Assurer la pérennité du site et limiter la casse sociale. C'est la délicate mission confiée aux délégués du personnel et aux avocats des salariés puydômois de Dietal, historiquement installé depuis 40 ans à Saint-Georges-de-Mons dans les Combrailles. Le groupe spécialisé dans le luminaire à destination des professionnels a prévu de réduire d'un tiers les effectifs locaux, malgré sa transition réussie dans la technologie des lampes LED. 

Le site puydômois passera ainsi de 210 à 140 salariés. Soit une perte sèche de 70 emplois dans un bassin de population et d'emploi déjà pas mal éprouvé. La quasi-totalité des salariés a débrayé ce mardi matin avant la tenue du Comité d'Entreprise. Les avocats des salariés, dont Me Jean-Louis Borie, étaient présents.

Concurrence asiatique 

La direction du groupe justifie cette saignée par la férocité de la concurrence asiatique et explique que tous les corps de métiers seront touchés par ces départs, y compris les cadres. Selon les syndicats, le plan social est inévitable (il y aura quelques départs volontaires), mais ils souhaitent avoir des précisions et des garanties sur les investissements promis pour les cinq prochaines années. Les actionnaires étrangers se sont engagés à investir plusieurs millions d’euros sur ce site pour renouveler les machines et accentuer la recherche.

La réaction de Marc Geneste, délégué CFE CGC chez Dietal et membre du CE sur France Bleu Pays d'Auvergne.

Marc Geneste, délégué CFE CGC et membre du CE de Dietal à Saint-Georges-de-Mons

Ce n'est pas la première fois que l'usine auvergnate subi un plan social. Le groupe Dietal avait déjà restructuré son site de Saint-Georges-de-Mons en 2002, ce qui avait entraîné le licenciement de 90 salariés. Une nouvelle réunion du Comité d'Entreprise est fixée au 24 septembre prochain. Entre temps, de nouveaux éléments sur le plan social seront fournis aux représentants du personnel. Un délai légal de deux mois court après partir de ce mardi pour valider ou non le futur Plan de Sauvegarde de l'Emploi. Le PSE devra être présenté le 24 octobre prochain devant le tribunal.

Le groupe Dietal possède un autre site de production à Codlea dans le centre de la Roumanie. Il emploie 250 personnes.

le site de Dietal à Codlea dans le centre de la Roumanie - Aucun(e)
le site de Dietal à Codlea dans le centre de la Roumanie - ©Capture Google Map
Choix de la station

France Bleu