Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : le Valtom demande un report de la hausse des taxes sur les traitements des déchets

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les élus du Valtom écrivent un courrier au ministre de l'Économie et des finances. Ils réclament le report de la hausse d'une taxe sur le traitement des déchets. Pour les 690.000 clients du syndicat, elle représentera trois euros supplémentaires sur la facture annuelle.

Le Valtom veut aussi que les recettes de cette taxe servent à l'environnement et non au budget de l'Etat
Le Valtom veut aussi que les recettes de cette taxe servent à l'environnement et non au budget de l'Etat © Radio France - Antoine Loistron

Les élus du Valtom sont remontés, l'objet de leur courroux c'est la hausse de la taxe générale sur les affaires polluantes. Son montant est décidé par l'État et s'applique à tous les déchets non recyclables enfouis ou incinérés. En 2019, cet impôt a fait l'objet d'une réforme, et depuis, chaque année son montant augmente. 

Une hausse de 3€ par an et par habitant

Les déchets traités par le Valtom sont aussi concernés par cette taxe, "par an, le Valtom verrait un surcoût de un à deux millions d'euros dans ses dépenses jusqu'en 2025", détaille son président Laurent Battut. Si cette taxe a déjà été votée, le syndicat espère un report de la hausse prévue en 2021, en raison notamment de la crise sanitaire et économique traversée actuellement par les entreprises.

La hausse de la taxe représente un surcoût compris entre un et deux millions d'euros par an pour la Valtom
La hausse de la taxe représente un surcoût compris entre un et deux millions d'euros par an pour la Valtom - Valtom

Si la situation en restait là, c'est une hausse de trois euros par habitant par an que vont constater les 690.000 usagers du Valtom, dès l'année prochaine, soit une augmentation de 5 %. Aussi, les élus soulignent l'usage fait de cette taxe. Initialement destinée aux collectivités locales pour les inciter à réduire leur déchets, elle sert maintenant au budget de l'Etat. "C'est une taxe à sens unique, alerte Laurent Battut. Il y a un détournement de la taxe au profit de l'Etat. On prélève aux habitants un impôt qui ne leur revient finalement pas."

Une lettre envoyée au ministre de l'Économie

Les élus du syndicat remettent aussi en cause le fonctionnement de la taxe, trop punitive, pas assez incitative. "Quelles que soient les performances de valorisation des déchets, elle est identique pour tous", avance Laurent Battut, qui en profite pour rappeler que 88 % des déchets ont été valorisés cette année, un record. "Ce ne sont pas les bonnes personnes qui sont visées par cet impôt, poursuit Nicolas Bonnet, membre du Valtom et conseiller de Clermont Auvergne Métropole en charge des déchets. "Ce sont les entreprises qui fabriquent les emballages des produits, qui ne sont pas tous recyclables, qu'il faudrait taxer et non les habitants."

Toutes ces doléances, les élus du syndicat les ont écrites dans une lettre envoyée à Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des finances et de la relance, dans les prochains jours. Ils espèrent obtenir une réponse positive, "_que le président de la République applique sa formule "quoiqu'il en coûte", y compris pour ne pas pénaliser encore plus fiscalement les usagers du Valtom_", conclut Laurent Battut. 

Les neuf représentants des syndicats membres du Valtom ont signé la lettre envoyée au ministre de l'Economie
Les neuf représentants des syndicats membres du Valtom ont signé la lettre envoyée au ministre de l'Economie © Radio France - Antoine Loistron
Choix de la station

À venir dansDanssecondess