Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pyrex, seul candidat à la reprise de Duralex présent devant le tribunal de commerce d'Orléans

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Orléans, France Bleu Berry, France Bleu

Le tribunal de commerce d'Orléans examinait ce jour les offres de reprise de Duralex, la verrerie placée en redressement judiciaire. Les frères Ioannidès, actuels propriétaires, ont jeté l'éponge, tandis qu'un 3ème candidat ne s'est pas présenté : Pyrex, favori donc, doit toutefois revoir son offre.

Devant le tribunal de commerce d'Orléans, ce vendredi 22 janvier
Devant le tribunal de commerce d'Orléans, ce vendredi 22 janvier © Radio France - Anne Oger

Il n'y a plus désormais véritablement qu'une seule offre de reprise pour Duralex, le célèbre fabricant de verres basé à La Chapelle Saint-Memsin (Loiret), placé en redressement judiciaire depuis septembre. 

Coup de théâtre : les actuels propriétaires retirent leur offre

Alors que le tribunal de commerce d'Orléans examine ce vendredi après-midi les offres de reprise de Duralex, on apprend que les actionnaires actuels, les frères Ioannidès, ont retiré la leur quelques heures avant l'audience qui a débuté à 14h.

Antoine Ioannidès, propriétaire de Duralex depuis 2008, se dit "fier de ce qu'on a fait". Il explique ne pas avoir eu assez de temps pour trouver des financements pour la reprise. Son avocat avait demandé un délai, sans succès. "L'important, c'est la pérennité de l'entreprise et Pyrex a toute les capacités pour faire repartir l'activité et sauvegarder les emplois", assure Antoine Ioannidès.

Pyrex (quasiment) seul en lice désormais

Reste donc formellement deux offres, dont celle de l'américain Pyrex, grand favori pour la reprise de Duralex : son offre prévoit de conserver tous les emplois (248) et de doubler le chiffre d'affaires en développant de nouveaux marchés. "Mais nous venons humblement présenter notre offre" explique José-Luis Llacuna, le directeur de International Cookware, la holding propriétaire de Pyrex, basée à Châteauroux, présent à l'audience ce vendredi à Orléans. 

Pyrex prié de revoir sa copie !

Sauf que le tribunal de commerce a demandé, lors de l'audience, à Pyrex d'améliorer son offre de reprise. Il lui donne jusqu'à mardi pour augmenter la somme qu'il propose pour reprendre les actifs de Duralex. Le tout sera examiné  jeudi 28 janvier.

La mystérieuse troisième offre de reprise

L'autre offre est déposée par un agent commercial indépendant, Pierre-Olivier Baron, existe toujours juridiquement parlant. Mais ce dernier n'est pas présent, ni représenté, ce vendredi à l'audience, et ne défend donc pas son dossier devant le tribunal de commerce d'Orléans. Son offre était jugée "fragile et incomplète" selon une source proche du dossier, citée par l'AFP. 

Le tribunal de commerce d'Orléans
Le tribunal de commerce d'Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

Un autre dossier Duralex en cours

Toutefois, pour ajouter à la complexité de ce dossier, la compagnie française du verre, entreprise récemment créée par un groupe d'investisseurs privés, revendique la propriété de Duralex, en affirmant avoir signé un accord pour le rachat de l'entreprise avant le redressement judiciaire. Elle propose un plan de continuation de l'activité. Une audience s'est tenue jeudi devant le tribunal de commerce d'Orléans à ce sujet : l'affaire est renvoyée et sera examinée le 18 mars prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess