Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coupe de France de football

Qualifié en demi-finale, le GFA Rumilly-Vallières s'assure une dotation de plus de 500.000 euros

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le GFA Rumilly-Vallières, équipe de National 2, s'est qualifié pour la demi-finale de Coupe de France, en battant Toulouse. Un exploit pour le club haut-savoyard, qui va recevoir une dotation d'au moins 500.000 euros.

Les joueurs du GFA à l'entraînement à Rumilly (Haute-Savoie).
Les joueurs du GFA à l'entraînement à Rumilly (Haute-Savoie). © Radio France - Richard Vivion

C'est inédit pour un club amateur en Haute-Savoie... Le GFA Rumilly-Vallières s'est qualifié en demi-finale de la Coupe de France de football. C'était ce mardi 20 avril, face à Toulouse. Une aubaine pour cette équipe, qui va également profiter au club. La Fédération française de football leur assure une dotation d'au moins 500.000 euros, une somme équivalente à plus de la moitié de leur budget annuel. Yannick Bontron est le co-trésorier du club du GFA Rumilly-Vallières.  

France Bleu Pays de Savoie  - Ça rapporte combien une qualification en demi-finale ?

Yannick Bontron - A priori la Fédération va nous faire une dotation de plus de 500.000 euros. Ça représente plus de la moitié de notre budget en temps normal, qui est d'environ 850.000 euros pour une saison classique de National 2.

L'épidémie de Covid représente-t-elle une grosse perte pour vous cette année ?

Oui, on n'a pas pu faire nos manifestations habituelles. On a deux tournois au printemps pour les jeunes que l'on n'a pas pu réaliser. On n'a plus de recette au niveau des buvettes, ni de la billetterie... Après c'est une année particulière et on a la chance : la Coupe de France nous permet de compenser ce manque à gagner.

Vous avez des projets avec cette dotation ?

Par rapport à notre projet de club, qui est quand même récent, on a pas mal de structures qu'on vient de mettre en place, que ce soit le Club House, une partie des bureaux administratifs... Il y a des investissements à réaliser. On va aussi continuer la partie formation, on a plus de 600 licenciés donc il faut les encadrer et former nos éducateurs, on en a plus de 50.

Vis-à-vis de la Coupe de France, il doit quand même y avoir un peu de frustration, entre les matchs à huit clos, donc sans billetterie, la buvette fermée... Ça représente un gros manque à gagner ?

Oui effectivement, après on ne peut pas tout avoir. Cette année on a bénéficié de conditions, avec le Covid, très favorables. On a pu se consacrer totalement à la Coupe de France parce qu'on n'avait pas de championnat ! Il y a des plus et des moins, c'est difficile mais je pense qu'on est quand même des privilégiés dans cette situation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess