Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quartiers prioritaires : des élus franciliens saluent des mesures concrètes mais restent vigilants

-
Par , France Bleu Paris

Logement, emploi, sécurité, éducation, sport... Le gouvernement vient d'annoncer 15 mesures concrètes pour la rénovation des quartiers prioritaires. Les élus qui avaient lancé un appel au secours en novembre dernier se sentent entendus, mais restent attentifs.

Jean Castex et une partie du gouvernement en visite à Grigny (Essonne) pour annoncer des mesures pour les quartiers prioritaires, le 29 janvier 2021.
Jean Castex et une partie du gouvernement en visite à Grigny (Essonne) pour annoncer des mesures pour les quartiers prioritaires, le 29 janvier 2021. © Radio France - Emeline Ferry

C'est un signal fort envoyé aux quartiers populaires. 3,3 milliards d'euros vont être consacrés à la rénovation urbaine des quartiers prioritaires. Dans cette enveloppe, il y a d'abord le milliard promis par le gouvernement après l'appel au secours de 200 maires le 14 novembre dernier. Le gouvernement avait alors déclaré qu'un pourcent du plan de relance, soit un milliard d'euros, serait destiné aux quartiers défavorisés.

Une promesse à laquelle s'ajoutent deux milliards d'euros accordés à l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), annoncés jeudi 28 janvier, et détaillés par Jean Castex ce vendredi lors d'un Conseil interministériel de la Ville. Accompagné de plusieurs membres du gouvernement, le Premier ministre s'est rendu à Grigny, en Essonne, ville la plus pauvre de France, selon l'Observatoire des inégalités. 

15 mesures concrètes pour les quartiers populaires 

Parmi les mesures annoncées : la création de sept nouveaux "quartiers de reconquête républicaine" où seront envoyés des renforts de police et de gendarmerie, le lancement de 46 nouvelles "cités éducatives", ou encore le doublement du nombre de contrats aidés.

Jean Castex a également annoncé des moyens supplémentaires pour le logement, l'emploi, la formation, notamment l'arrivée de 500 nouveaux conseillers dans les agences Pôle emploi de ces quartiers, ou bien 100 millions d'euros pour rénover des équipements sportifs et la création de 10.000 places en crèches dans ces territoires. 

Des élus qui restent vigilants

"Nous avons bien fait de nous mobiliser le 14 novembre, nous avons aujourd'hui un certain nombre de réponses concrètes et précises", réagit Philippe Rio, le maire communiste de Grigny, à l'issue de ce Conseil interministériel de la Ville. "Bien évidemment, on aurait aimé avoir plus, mais c'est une étape que nous devons continuer et gagner. La boîte à outils se remplit, maintenant on va retourner sur le chantier"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"En tant que maires de ces quartiers populaires, ça fait longtemps qu'on dit que faire de la politique de la Ville, c'est toucher à la ville dans sa globalité. Et c'est ça qui était intéressant dans le discours du Premier ministre, il a parlé de tous les sujets qui touchent les habitants de nos quartiers", estime Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et président de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine. 

Il faut continuer à être extrêmement vigilant et à siffler très fort si jamais ça ne va pas

Des annonces "satisfaisantes aujourd'hui, mais pas rassurantes", pour Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), qui explique qu'elle ne baissera pas la garde. "Nous connaissons les déviances habituelles de l'État qui se noie souvent dans une administration qui fait oublier la philosophie de départ. Donc, il faut continuer à être extrêmement vigilant et à siffler très fort si jamais ça ne va pas, si jamais ça ne retombe pas"

"Chaque année, il faudra repartir au combat", ajoute Philippe Rio, qui promet de contacter le cabinet du Premier ministre chaque mois pour s'assurer de la mise en oeuvre de ces mesures. 

Même réaction du côté associatif. "Mettre de l'argent, c'est important pour rééquilibrer ces injustices et ces inégalités. Mais cet argent, une fois qu'il est distribué, est-ce qu'il va rééllement en direction de ces habitants ? C'est la vraie question", s'interroge sur franceinfo Mohamed Mechmache, fondateur et président d'honneur du collectif "Pas sans nous"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess