Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Quatorze assistantes maternelles de Villers-lès-Nancy craignent de se retrouver au chômage

lundi 23 avril 2018 à 6:57 Par Mélanie Juvé, France Bleu Sud Lorraine

Les 14 assistantes maternelles de la crèche familiale de Villers-lès-Nancy craignent de se retrouver au chômage. La mairie veut ouvrir un relais d'assistantes maternelles (RAM) pour la rentrée prochaine. Payées par la commune, elle passeront sous le statut libéral, ouvertes à la concurrence.

Cinq des quatorze assistantes maternelles de la crèche familiale de Villers-lès-Nancy.
Cinq des quatorze assistantes maternelles de la crèche familiale de Villers-lès-Nancy. © Radio France - Mélanie Juvé

Villers-lès-Nancy, France

Les 14 assistantes maternelles de la crèche familiale de Villers-lès-Nancy sont inquiètes : la mairie veut ouvrir un relais d'assistantes maternelles (RAM) pour la rentrée prochaine à la place de la crèche familiale où elles travaillent. Aujourd'hui contractuelles, elles passeront sous le statut libéral à la fin de leur contrat, et ont peur de ne plus trouver de travail sur la commune, qui compte déjà 80 assistantes maternelles libérales. 

Un marché déjà chargé pour les assistantes

"C'est plus de concurrence, témoigne Ilona Koler, l'une des 14 assistantes maternelles. Déjà que les indépendantes disent qu'elles galèrent pour trouver du monde... qui peut nous dire si on va trouver du travail ?". Sous le statut libéral, elles devraient perdre les primes d'été et d'hiver équivalent à un treizième mois. 

"On va perdre un côté humain" - Fatima, assistante maternelle.

La crèche familiale est un système géré par la municipalité. 43 enfants sont gardés à domicile par des nounous agréées. Deux fois par mois elles emmènent les enfants à la ludothèque du Placieux, là où sera ouvert le futur relais d'assistantes maternelles.   

Les parents défavorisés ?

"Ça nous inquiète forcément, raconte Anne Mouge, maman de trois filles. Comparé à mes amies qui passent par des nounous indépendantes, _la crèche familiale est plus avantageuse_, car c'est en fonction des revenus. Pour garder l'une de mes filles cela me fait environ 275 € par mois." Cette maman s'inquiète aussi de devoir devenir l'employeur de sa nounou, avec ses contraintes administratives.

"Pas d'économies" pour la mairie

La mairie dit entendre les inquiétudes et ne justifie pas la fermeture de la crèche familiale par souci d'économie."On est plutôt dans une phase d'investissement, justifie Olivier Airaud , adjoint en charge de la petite enfance. Pour la partie mobilière du RAM, _l'investissement va tourner entre 50 000 et 90 000 €_."

L'élu estime que la création du RAM permettra de garantir l'activité des nourrices en multipliant l'offre de garde. "Chaque année, environ 5 à 6% des crèches familiales ferment en France. On a remarqué une baisse de la demande. Aujourd'hui il y a 300 enfants sur Villers en capacité d'être gardés. Demain avec le RAM, j'espère pouvoir répondre à tous les parents "je vous accueille"."

Encore en phase de concertation, la mairie rencontre ce vendredi les assistantes maternelles et les parents. Le projet d'ouverture de RAM sera ensuite voté fin mai en conseil municipal.

"C'est plus de concurrence", reportage auprès des assistantes maternelles.