Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre entreprises du nord Franche-Comté vont recevoir 13 millions d'euros du fonds Maugis

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le comité de gestion du fonds "Maugis" annonce ce mercredi accompagner quatre entreprises du nord Franche-Comté. 13 millions d'euros seront versés à ces sociétés, avec pour objectif de créer de l'emploi et de mettre en place des filières d'avenir. Le comité va également financer d'autres projets.

Test center ou sont testés les systèmes de stockage d'hydrogène
Test center ou sont testés les systèmes de stockage d'hydrogène © Radio France - Christophe Beck

Le comité Maugis, ou comité de gestion de fonds de revitalisation, annonce ce mercredi avoir sélectionné quatre entreprises du nord Franche-Comté. Ces dernières vont se voir verser près de 13 millions d'euros. Ces sociétés s'engagent à créer de l'emploi, et à investir dans une filière d'avenir, comme l'hydrogène par exemple. D'autres sociétés sont candidates à ce fonds Maugis, et d'autres projets doivent encore être étudiés par le comité qui dispose encore d'une enveloppe de 37 millions d'euros. 

Les entreprises accompagnées 

  • H2SYS : situé à Belfort, la société conçoit et produit des groupes électrogènes à hydrogène
  • ISTHY : basée à Meroux-Moval, l'Institut national du stockage d'hydrogène a pour projet de créer un centre européen de qualification et de certification des composants et du stockage hydrogène et s'installera à l’Aéroparc de Fontaine
  • Macplus : à Lachapelle-sous-Rougemont, l'entreprise est spécialisée dans les activités de chaudronnerie et de soudage de sous-ensembles en aciers inoxydables et superalliages et dans la conception, la fabrication et le contrôle d’appareils sous pression. Elle a pour ambition de moderniser ses ateliers pour s'adapter à l'industrie du futur, et de se doter par exemple de découpes laser.
  • Faurecia : son site de Bavans va être accompagné financièrement dans le cadre de la diversification de l'entreprise et notamment de la création d’une ligne de production de réservoirs à hydrogène à haute pression.

Des contreparties en échange de financements

Dans un communiqué, le comité rappelle que "l’ensemble de ces accompagnements financiers sera octroyé en contrepartie d’engagements contractuels qui seront suivis sur les cinq prochaines années. Ceux-ci visent essentiellement la création d’emplois pérennes". Le comité se refuse d'ailleurs à révéler les engagements pris, et le montant des financements obtenus par chaque entreprise.

Un fonds créé après le non-respect des engagements de General Electric

Pour rappel, le comité Maugis avait été créé après le non-respect des engagements de General Electric. En effet, le groupe américain avait promis de créer 1.000 emplois en France, en échange du rachat des activités énergie d'Alstom, ce que n'a jamais fait GE, mettant même en place plusieurs plans sociaux à Belfort et Bourogne.

General Electric a donc versé une pénalité de 50 millions d'euros, une pénalité versée à un comité de gestion de fonds qui s'est réuni pour la première fois le 22 décembre, puis une deuxième fois le 20 janvier. En un mois et demi, plus de 25% du fonds ont ainsi déjà été accordés.

La sélection des dossiers se fait en deux temps 

Ce comité de gestion est organisé de deux façons : dans un premier temps, un comité composé d'élus, et présidé par Guy Maugis, analyse les dossiers d'entreprises francs-comtoises. Ce comité donne un avis consultatif pour prioriser les différents dossiers.

Parmi les critères les plus importants : la capacité à créer de l'emploi et à mettre en place des filières d'avenir. Dans un deuxième temps, le comité de gestion, qui regroupe Solutions Fiducie en qualité de fiduciaire et de PwC en qualité de prestataire technique, va valider l'attribution de ces fonds. 

Les comités sont encore amenés à se réunir, d'autres annonces sont ainsi attendues début mars. Il reste une vingtaine de projets déposés, les entreprises intéressées peuvent encore se porter candidates. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess