Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Quatre entreprises s'intéressent à l'usine vendéenne S20 Industries en redressement

-
Par , France Bleu Loire Océan

Quatre entreprises auraient consulté le dossier de S20 Industries, l'usine de laves-linge placée en redressement judiciaire fin avril à La Roche-sur-Yon en Vendée. Mais aucune offre ferme n'est encore déposée, et les salariés sont pessimistes sur leur avenir.

Les salariés de S20 écoutent leur délégué du personnel, à la sortie de l'usine mardi 14 mai.
Les salariés de S20 écoutent leur délégué du personnel, à la sortie de l'usine mardi 14 mai. © Radio France - Marc Bertrand

Vendée, France

"Quatre entreprises ont consulté le dossier" de S20 Industries. Sans parler d'offre de reprise, c'est déjà une maigre bonne nouvelle pour le représentant du personnel Philippe Bréger, qui l'annonce aux salariés devant l'usine mardi 14 mai. Il sort d'une réunion de plusieurs heures avec la direction et le mandataire judiciaire, chargé d'évaluer les offres de reprises après le placement en redressement judiciaire de l'usine de 82 salariés à la fin du mois d'avril.

"C'est mon cinquième redressement ici, franchement, je pense que ce sera le dernier"
- Didier, 58 ans dont 38 à l'usine

"Le moral des troupes est au plus bas", confirme le délégué CGT. Rien ne dit que les quatre entreprises, ou même une seule, iront jusqu'au bout de la démarche pour déposer une offre. "On attend le 29 mai [date de l'audience au tribunal de commerce qui doit statuer sur l'avenir de l'entreprise] avec impatience, parce qu'il y en a un peu marre. Pour les anciens de Brandt, on en est quand même à notre troisième dépot de bilan, et notre huitième plan de sauvegarde de l'emploi. A force, ça commence à être fatiguant"

La trésorerie sera à sec à la mi-juin

Des licenciements, "il y en aura". La direction l'a déjà confirmé aux représentants du personnel. L'usine compte aujourd'hui 82 salariés permanents, et trois CDD et apprentis. La moitié des employés sont aujourd'hui au chômage partiel, puisque l'activité de fabrication de laves-linge pour la marque Brandt s'est arrêtée. Le client ne payait plus les factures. 

"Les presses métalliques sont à l'arrêt, ce qui frappe, c'est le silence. Ça fait drôle. Ça fait un peu peur même." - Didier

Reste la fabrication du Babycook, un robot-cuiseur pour préparer de la nourriture pour bébé. Mais avec 1.000 unités à produire d'ici la fin mai, c'est peu. Une seule ligne de production lui est dédiée. Et la direction a annoncé lors de la réunion que la trésorerie serait épuisée autour de la mi-juin. Reste à trouver un repreneur d'ici là. Mais qui reprendra seulement les murs, ou les salariés avec ?