Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre repreneurs potentiels pour Ascométal

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Les 1400 salariés du fabricant d'aciers spéciaux français ont appris la nouvelle, dont la cinquantaine de l'usine du Marais de Saint Etienne.

L'entreprise Ascometal à Saint-Étienne.
L'entreprise Ascometal à Saint-Étienne. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES/Frederic Chambert

Quatre sidérurgistes européens se sont portés candidats pour reprendre Ascometal : le britannique Liberty House, le suisse Schmolz & Bickenbach, l’espagnol Sidenor et l’italien Gruppo Beltrame. 

L'entreprise détenu par un groupement d'investisseurs français connait des difficultés financières et a donc été placée en redressement judiciaire le 22 novembre dernier par le Tribunal de Grande Instance de Strasbourg. Sur les 1400 employés, une cinquantaine travaillent sur le site du Marais à Saint-Étienne.

Des salariés dans le flou

Les salariés de l'usine de Saint-Étienne, comme Éric Lefebvre, secrétaire du Comité d'Établissement chez Ascométal ne sont pas très inquiets, mais dans le flou total. "Qui ils vont reprendre ? Dans quelles conditions ? Est-ce qu'il y aura des licenciements ou pas ?" questionne le salarié. Pour l'instant personne ne le sait. 

Vous savez le carnet de commande est rempli, mais c'est pas parce qu'on a du boulot, qu'on ne met pas les gens dehors. - Éric Lefebvre, secrétaire du Comité d'Établissement chez Ascométal

Ascométal a déjà été repris il y a trois ans explique le salarié. "Maintenant il faut attendre" lance Éric Lefebvre, "on a bon espoir".  Le groupe lui, espère une décision du Tribunal de Grande Instance de Strasbourg à la fin du mois de janvier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess