Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les restaurateurs dénoncent l'absence de soutien de la part du gouvernement et des assureurs

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
France

Cela fait plus de trois semaines que les bars et restaurants sont fermés. Pour combien de temps encore ? Le secteur redoute que certains commerces ne s'en remettent financièrement. Le président des métiers de la restauration était l'invité de la matinale, jeudi, sur France Bleu.

.
. © Maxppp - Xinhua/News Agency-Newscom

Eux aussi sont confinés, chez eux. Spectateurs impuissants, les restaurateurs n'ont eu d'autres choix que de baisser le rideau, sans savoir dans combien de temps ils pourront rouvrir leur commerce.  

C'est une catastrophe économique pour le secteur

Bars, brasseries, restaurants, partout en France, tous sont fermés regrette Hubert Jan, le président de l'UMIH restauration (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie). "C’est une catastrophe pour le secteur, le plus touché économiquement". Les gérants ont dû encaisser le coup, "après le choc d’une annonce brutale un soir à 20h", imposant la fermeture des restaurants quatre heures plus tard. "Cette mesure d’immédiateté a été terrible. Surtout dans cette période où les trésoreries sont au plus bas. Je vous laisse imaginer les catastrophes économiques qui vont pouvoir arriver" déplore Hubert Jan.

Les assureurs n'ont pas levé leur nez

"Beaucoup d’établissements auront du mal à s’en relever" prévient le président de l'UMIH restauration qui constate que des des "difficultés à construire des dossiers bancaires". Il pointe également du doigt les assureurs : "ils auraient dû être présents, autour de la table, à Bercy, mais dès la première heure, ils n’ont pas levé leur nez. Or on ne peut rien faire sans leur accord."

Hubert Jan regrette l'absence de mesure coercitive du gouvernement et dénonce l'aide "misérable" de 200.000 millions d’euros qu'il a proposé : "Qu’est ce que c’est pour les assureurs... ?!" "Il y a des gens qui vont mourir économiquement parce que d'autres n’auront pas été présents pour les aider" conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu