Économie – Social

Quel repreneur pour l'entreprise Texier à Vitré ?

Par Martin Bartoletti, France Bleu Armorique vendredi 3 avril 2015 à 14:14

La maroquinerie Texier à Vitré
La maroquinerie Texier à Vitré © Texier

La maroquinerie vitréenne crée en 1951 sera fixée sur sont sort le mardi 7 avril. Le tribunal de commerce de Rennes avait déjà validé le plan de reprise du groupe Renaissance, mais l'ancien patron de la société, Jean-Luc Texier conteste cette décision et fait appel. Une démarche que ne comprend pas les 136 salariés de l'entreprise, en grande majorité favorables au plan de reprise.

On devrait savoir le 7 avril qui du groupe Renaissance ou de Jean-Luc Texier reprendra la maroquinerie du même nom installée à Vitré depuis plus de 60 ans. En première instance le tribunal de commerce de Rennes avait validé l'offre de reprise de Renaissance, prêt à investir 500 000 euros dans la société tout en licenciant environ 50 personnes. Un jugement qui n'était pas du goût de Jean-Luc Texier, ancien patron de la maroquinerie qui propose, lui,  de conserver tout le personnel. Il était aussi très remonté contre le fait que son entreprise ait été rachetée pour 60 000 euros alors que Jean-Luc Texier l'estime à quatre millions d'euros.

"Avec Renaissance c'est 83 emplois, avec Jean-Luc Texier c'est le dépôt de bilan dans deux mois" , s'exclamaient les salariés du groupe fin mars lors d'une manifestation dans la ville de Vitré. La majorité des employés ne croit pas au projet de leur ancien patron. Ils l'ont fait savoir lors d'un référendum organisé par le comité d'entreprise qui a voté à plus de 90% pour le plan de cession.

"Je remercie les salariés pour la confiance qu'ils accordent au groupe Renaissance" - Eric Lefranc

Renaissance, un groupe spécialisé dans le rachat d'entreprise en difficultés

Entre 2013 et 2014, l'entreprise Texier a perdu près de 35% de son chiffre d'affaires, passant de 11,3 à 8,6 millions d'euros. En cas de succès à la cour d'appel, le groupe Renaissance préfère rester réaliste, "il ne faut pas rêver", précise son président Eric Lefranc. Il table sur un exercice 2015 encore en baisse. Le projet du chef d'entreprise, spécialisé dans le rachat de société en péril et passé par l'Université d'Harvard aux Etats-Unis est simple : s'appuyer sur le réseau d'une autre entreprise du groupe, GL, rachetée il y a un an et premier fabricant français de bijoux plaqués or et argent. Le repreneur compte s'appuyer sur la "synergie entre les deux sociétés et utiliser le réseau "export de GL, présent dans 60 pays pour en faire bénéficier Texier" .

Le chiffre d'affaires de la partie export de la maroquinerie pourrait ainsi passer de "moins de 20% actuellement à près de 50% dans les années à venir", selon Eric Lefranc. Renaissance mise aussi beaucoup sur des projets de licences avec des grandes marques ou encore de la sous-traitance pour permettre à l'entreprise Texier de réaliser "une croissance globale du chiffre d'affaires de 20% à partir de 2016".

 

La majorité des salariés de Texier soutient le plan de reprise du groupe Renaissance