Infos

Qui attend la sortie des guides des vins dans l'Yonne ?

Par Damien Robine et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre mardi 30 août 2016 à 19:22

Les guides des vins c'est bien, mais pour les amateurs, rien ne vaut une bonne dégustation dans une foire aux vins
Les guides des vins c'est bien, mais pour les amateurs, rien ne vaut une bonne dégustation dans une foire aux vins © Maxppp - Isabelle Rose

C'est aujourd'hui que sort le Guide Hachette des vins 2017. Les guides, les cavistes de l'Yonne les consultent. Les amateurs de vins s'en inspirent. Et pour les viticulteurs icaunais qui sont référencés dans ces guides, c'est toujours valorisant.

C'est donc aujourd'hui que sort LA référence en matière de guide des vins : le prestigieux Guide Hachette. Une institution depuis 30 ans ! Avec, à chaque édition, une sélection de 10 000 vins sur 40 000 dégustés à l'aveugle pour chaque nouvelle édition . Le guide propose aussi 500 coups de cœur. Il y a dix jours, c'était " le guide 2017 des meilleurs vins de France" qui sortait en librairie, avec 7500 vins notés et classés par région. Mais ces guides sont-ils utiles ?

"Nous on préfère les foires aux vins... on peut déguster !"

Roger et Babeth, un couple d'alsaciens en vacances dans l'Yonne ne compte pas sur les guides pour découvrir les vins. "Nous on préfère les foires aux vins. A Strasbourg au mois de septembre on peut déguster les vins de toutes les régions françaises et de se faire une idée plus précise." Mais pour les viticulteurs c'est une autre affaire.

Les guides des vins sont-ils utiles ? Isabelle Rose a rencontré clients , viticulteurs et cavistes pour leur poser la question.

Le guide, ça fait connaître, ça fait parler de la maison

Être référencé est toujours valorisant explique Frédéric Guegen, viticulteur à Préhy et président de l'association de défense de l’appellation Chablis. "C'est toujours positif d'être reconnu dans un guide. Ça fait connaitre, ça fait parler de la maison. Nos importateurs aussi sont contents de nous voir citer dans des guides ou des revues." Cela permet aussi de faire connaitre des productions plus confidentielles

"Moi mon guide, c'est mon palais"

Ça a été le cas notamment pour mon coteau bourguignon en Sacy, un vieux cépage et voilà ça nous a amené des cavistes." Des cavistes qui surveillent les derniers coup de cœur des guides. Mais pour sa clientèle ,Marc Ragaine, caviste à Auxerre préfère choisir lui même ses vins. "Je respecte le travail des guides, mais j'ai pas besoin de ça. Mon guide, c'est mon palais."

Partager sur :