Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : La mobilisation des forains au Mans

Qui est Norman Bruch, la voix du mouvement des forains au Mans ?

mardi 26 mars 2019 à 11:10 Par Alexandre Chassignon et Julie Le Duff, France Bleu Maine

Le président de la branche forains du syndicat Cidunati est à la manoeuvre au Mans depuis une semaine pour mener le bras-de-fer face à la mairie. Ce spécialiste du rapport de force multiplie les déclarations fracassantes et les coups d'éclat pour porter les revendications du mouvement.

Norman Bruch, président du syndicat national des artisans de la fête, compte "faire plier" la mairie
Norman Bruch, président du syndicat national des artisans de la fête, compte "faire plier" la mairie © Radio France - Christelle Caillot

Le Mans, France

Il est la voix et le visage de la colère des forains au Mans, mais il n'est pas Sarthois : depuis une semaine maintenant, Norman Bruch est parvenu à éclipser les "locaux" dans les médias et dans le bras-de-fer engagé avec la mairie. Lui qui déclarait la semaine dernière vouloir "mettre le feu" est de toutes les grandes mobilisations foraines, avec l'étiquette du syndicat Cidunati

Un spécialiste du rapport de force

Originaire des Landes, Norman Bruch n'en est pas à sa première bataille dans le combat des forains contre leur éviction des centres-villes. Il est à la manoeuvre lorsqu'un conflit se fait jour avec une municipalité sur l'emplacement alloué aux manèges. En 2009, à Carros, près de Nice, une solution avait été trouvée. En août 2015, à Dax, les forains avaient obtenu gain de cause après une journée de blocage de la feria mais ces actions les avaient rattrapés en justice : à la clé, des amendes pour délit d'entrave, et pour le seul Norman Bruch, deux mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende pour outrage envers le maire de Dax. 

En septembre 2016 à Lavaur dans le Tarn, les forains avaient conservé la fête à l'endroit prévu après notamment le blocage d'une autoroute. Enfin, à Pau, en  2017, ils refusaient (comme au Mans) un déménagement. Un nouveau site avait été trouvé après plusieurs jours de barrages sur les autoroutes. Là aussi, l'affaire s'était finie en justice ; poursuivi avec 5 autres, Norman Bruch avait été relaxé.

Les maires considérés comme "des dictateurs"

Depuis le début de la mobilisation des forains au Mans, Norman Bruch n'a pas de mots assez durs pour le maire de la ville Stéphane Le Foll. Ce dernier, en restant ferme sur le refus de voir revenir les forains en centre-ville, s'appuie sur une décision prise par son prédécesseur Jean-Claude Boulard en mars 2018 après des incidents entre les exploitants de manèges et de jeunes Manceaux. Une position adoptée par plusieurs élus en France et qui fait dire à certains forains que "les maires sont des dictateurs". C'est d'ailleurs le message qu'ils ont diffusé à la sono vendredi dernier dans les rues du Mans.

Le nom de son manège : le "No limit"

En dehors de ces coups de chaud, Norman Bruch simple forain tient le manège "No limit", une balançoire à sensations avec un bras de 25 mètres, unique en France. Une attraction plus moderne mais aussi plus lourde, plus encombrante que beaucoup donc plus difficile à installer en centre-ville.