Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Quimper : la machine qui repasse vos chemises plus vite que son ombre

mardi 3 octobre 2017 à 8:27 Par Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Le pressing des Arcades de Quimper lance un financement participatif pour s'offrir une machine qui lui permet de repasser parfaitement et rapidement les chemises. Ce serait la première machine de ce type en Bretagne. Grâce à cette technologie, le pressing espère créer un poste.

L'équipe du pressing lance un financement sur le site kengo.bzh
L'équipe du pressing lance un financement sur le site kengo.bzh © Radio France - Annaïg Haute

Bretagne, France

C'est une machine que l'on trouve surtout dans les palaces, et dans les pressings de luxe. Elle vaut près de 50.000 euros. Le pressing des Arcades, situé route de Bénodet, à Quimper, rêve de prendre une nouvelle dimension, grâce à cette machine révolutionnaire.

"Décharger de la corvée de repassage des chemises"

Fini la corvée du repassage pour les employés du pressing : "La chemise est un article compliqué à repasser quand on veut obtenir un bon résultat, la machine nous apporterait un bien être au travail", explique Dorothée Rivière, meilleure ouvrière de France et patronne du pressing. Alors qu'une personne habituée peut repasser sept chemises par heure, la machine en fait une quarantaine, et sans aucun faux pli ! Le pressing aimerait parvenir à prendre en charge 500 chemises chaque semaine!

En gagnant en rapidité, le pressing pourra proposer des tarifs plus bas, compter trois euros par chemise. Ce nouvel équipement devrait à terme s'accompagner d'un service de conciergerie, le pressing viendrait prendre et rapporter les chemises au domicile des clients.

Le pressing cherche 25.000 euros

Pour ça, il lui faut trouver des financements. Les propriétaires lancent donc un financement participatif sur le site breton Kengo.bzh, à hauteur de 25.000 euros. Chaque contributeur aura le droit à des contreparties (le nettoyage de chemises). Serge Appriou, le directeur de Kengo.bzh, explique que sept projets sur dix se réalisent, un très bon ratio. Plus d'une centaine de projets ont abouti au premier trimestre, et Kengo.bzh finira l'année avec plus de 150 projets financés.