Économie – Social

Rachat d'Alstom : François Hollande reçoit les dirigeants de General Electric et Siemens lundi

Par Germain Arrigoni, France Bleu Belfort-Montbéliard dimanche 27 avril 2014 à 21:55 Mis à jour le lundi 28 avril 2014 à 8:28

Le siège d'Alstom en Suisse
Le siège d'Alstom en Suisse © MaxPPP - - Photo d'illustration

Le groupe Alstom, dont les activités dans l'énergie sont convoitées par l'américain General Electric et l'allemand Siemens, a annoncé dimanche poursuivre et approfondir "sa réflexion stratégique", jusqu'à mercredi matin. Le président de la République reçoit lundi matin le patron de GE au sujet de ce dossier. Arnaud Montebourg a ajouté que les dirigeants de Siemens seraient aussi reçus.

Le président François Hollande recevra lundi le patron américain de GE, Jeffrey Immelt,  ainsi que le président et le directeur général de Siemens . L'entrevue avec le patron de GE était prévue dimanche avec le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg mais reportée sine die. Celle avec les dirigeants de Siemens, en revanche, n'a été annoncée que lundi matin par Arnaud Montebourg, invité sur RTL.  Au menu des discussions : l'avenir d'Alstom dont 70% des activités sont convoitées à la fois par l'américain General Electric et l'allemand Siemens. Le gouvernement entend bien défendre les intérêts stratégiques français et "les objectifs d'emplois, de localisation des activités et d'indépendance énergétique" . Une réunion de crise s'est notamment tenue à l'Elysée dimanche soir : François Hollande a fait venir le Premier ministre, Manuel Valls, ainsi que les ministres de l'Economie Arnaud Montebourg et de l'Energie Ségolène Royal.

Alstom se donne deux jours pour réfléchir à ses options

Le conseil d'administration d'Alstom s'est réuni dimanche en fin d'après-midi, pour examiner les projets de GE et la proposition de rapprochement de Siemens dévoilée samedi. Il l'a fait sous la pression du gouvernement qui n'entendait pas qu'une décision soit prise "dans la précipitation" .

Dans un communiqué de deux lignes publié dimanche soir, le groupe précise qu'il "informera le marché d'ici mercredi 30 avril matin" du fruit de sa réflexion et en attendant la cotation du titre à la Bourse de Paris "reste suspendue ".

Préserver l'emploi

Un peu plus tôt Paris avait haussé le ton, en affirmant souhaiter "disposer du temps nécessaire à un examen sérieux des propositions" sur la table. Bien que l'Etat ne soit plus actionnaire de l'entreprise depuis 2006, le gouvernement s'est invité dans le dossier, justifiant son interventionnisme par la nécessité de prémunir la France du risque de perdre un centre de décision et d'éventuels emplois. Sur les 90.000 employés du groupe Alstom, 18.500 sont salariés en France.

siemens ge alstom - Aucun(e)
siemens ge alstom

Partager sur :