Économie – Social

Radio France veut supprimer 270 postes mais renonce à son plan de départs volontaires

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 9 septembre 2015 à 14:16

La maison de la Radio
La maison de la Radio © Max PPP

La direction de Radio France a proposé mercredi en Comité central d'entreprise la suppression de 270 postes d'ici 2018, par le non-remplacement de départs "naturels" (retraites, démissions...), renonçant à son plan de 350 départs volontaires, ont indiqué les syndicats.

C'est une victoire pour les syndicats de Radio France. Mercredi en Comité central d'entreprise (CCE), la direction a annoncé avoir renoncé à son plan de 350 départs volontaires. À la place, la suppression de 270 postes en CDD et CDI d'ici 2018 est envisagée via des départs "naturels", et notamment le non-remplacement de départs à la retraite. 

"270, c'est vraiment beaucoup" 

Les suppressions de postes toucheraient 230 CDI et 40 CDD équivalent-temps plein, sur un effectif actuel d'environ 4.400 collaborateurs. Selon le Syndicat national des journalistes de Radio France, cela correspond au remplacement de seulement un départ sur trois pendant cette période. Le SNJ note également que la date de l'objectif de retour à l'équilibre a été décalée d'un an, de 2017 à 2018. Pour autant, les syndicats ne sont pas sereins. 

Pour Philippe Ballet de l'Unsa, "270, c'est vraiment beaucoup, c'est un nouvel effort demandé aux salariés, qui peut provoquer des tensions supplémentaires dans les charges de travail, et qui sera difficilement tenable socialement parlant."

Création d'emplois "nouveaux"

Le plan de départs volontaires avait déclenché au printemps dernier une grève historique d'un mois à Radio France, dont les comptes sont déficitaires (21 millions d'euros en 2015). Dénonçant l'ampleur et le coût d'un tel plan (28 millions d'euros), les syndicats avaient obtenu qu'un cabinet d'experts planche sur un scénario alternatif prévoyant uniquement des départs naturels. 

Le SNJ a également relayé la proposition de la direction de créer 48 postes pour des emplois nouveaux d'ici 2019.