Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les défauts de maintenance des voies ferrées en Limousin suscitent l'inquiétude

-
Par , France Bleu Limousin

Un rapport sur la maintenance du réseau ferré a été dévoilé ce mercredi par le Parisien. Il pointe du doigt des problèmes de maintenance, notamment en Nouvelle-Aquitaine. Réactions d'un syndicat de la SNCF et d'un président d'association d'usagers.

En Nouvelle-Aquitaine le rapport évoque un fil électrique rongé sur un passage à niveau de la ligne Le Dorat - Limoges.
En Nouvelle-Aquitaine le rapport évoque un fil électrique rongé sur un passage à niveau de la ligne Le Dorat - Limoges. © Radio France - Alexandre Chassignon

Limousin, France

Six ans après l'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, des problèmes de maintenance sur le réseau ferré sont pointés du doigt par l'EPSF, le gendarme ferroviaire. C'est ce qu'a révélé le journal Le Parisien ce mercredi.

En Nouvelle-Aquitaine, l'EPSF évoque par exemple un fil électrique rongé sur un passage à niveau de la ligne Le Dorat - Limoges, ou encore un câble défectueux.

La SNCF estime de son côté que la sécurité s'améliore depuis plusieurs années. La Ministre des transports Elisabeth Borne rappelle par ailleurs que le gouvernement s'est engagé il y a un an à porter l'effort de modernisation des voies ferrées à 3,6 milliards d'euros par an. 

La peur d'une nouvelle catastrophe 

Des syndicats de la SNCF ont également réagi à ce rapport. Pour Sylvain Bongrand, du syndicat SUD en Limousin, s'il y a toujours des problèmes de maintenance, 6 ans après Bretigny, c'est que la politique de la SNCF n'a pas changé : "Au contraire, elle restreint encore plus qu'avant les budgets et le nombre d'agents. J'ai peur que d'autres catastrophes se produisent un jour, si la SNCF ne considère pas que la sécurité doit être la priorité.", expose-t-il. 

Il n'y a pas assez d'argent mis sur la maintenance, et le TGV est bien trop privilégié par rapport au TER, estime le syndicaliste, qui donne un exemple : "Pour la portion de ligne Brive-Toulouse Intercités, depuis que la Ministre des transports a annoncé la ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux, on s'aperçoit que beaucoup de travaux qui devaient être faits n'ont pas été faits. Et on voit que dans les travaux prévus il y a des mises aux normes de quais, mais pas de réparations de voies.", assure-t-il.

Comme certaines voies ne sont pas en bon état, la SNCF réduit régulièrement la vitesse des trains pour éviter tout risque - Jean-François Martinet, président d'une association d'usagers de la SNCF en Limousin

Jean-François Martinet  préside une association d'usagers de la SNCF en Limousin. Lui non plus n'est pas surpris des problèmes de maintenance pointés du doigt. Il en est régulièrement victime : "On se retrouve avec des voies qui ne sont pas en bon état. La SNCF réduit donc en général la vitesse des trains pour éviter tout risque. Ils font passer la maintenance en dernier, et réduisent le personnel et le budget au maximum pour faire des économies.", juge-t-il. 

En plus de la SNCF, il pointe aussi du doigt la responsabilité de l’État, qui est rappelle-t-il, actionnaire majoritaire du groupe ferroviaire.

La CGT de la SNCF a également réagi au rapport dans un communiqué. Le syndicat met en cause les réformes de "déréglementation" menées par la SNCF ces dernières années. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu