Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève des transports : les entreprises ont dépensé 233 euros pour faire venir leurs salariés au travail

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Depuis les attentats de 2015, les professionnels du tourisme souffrent en Ile-de-France. La grève des transports leur a coûté cher et "On accumule les difficultés et le coronavirus en est une de plus" dénonce ce mercredi matin sur France Bleu Paris le patron du Medef Paris, Jean-Louis Schilansky.

Jean-Louis Schilansky, le patron du Medef Paris dénonce l'accumulation des difficultés pour les commerçants de la capitale
Jean-Louis Schilansky, le patron du Medef Paris dénonce l'accumulation des difficultés pour les commerçants de la capitale © Radio France - Martine Bréson

"Vraiment, on en a ras-le-bol". Jean-Louis Schilansky, le patron du Medef Paris ne mâche pas ses mots. Invité de France Bleu Paris ce mercredi matin, il dénonce "l'accumulation de problèmes. _Depuis les attentats de 2015 ça n'arrête pas dans la capitale_. Nous avons enchaîné les difficultés qui pèsent sur l'économie parisienne".

Jean-Louis Schilanky cite la grève des transports : "au global, les chefs d'entreprises ont dépensé en moyenne 233 euros par salarié pour permettre à leurs employés de venir travailler dans des conditions concrètes. C'est un poids". Le président du Medef Paris fait aussi le bilan des soldes : "elles ne sont pas un succès, l'état d'esprit des clients n'est pas favorable aux dépenses".

Et puis dernière difficulté en date, le coronavirus : "le tourisme chinois, c'est un des gros moteurs du tourisme parisien et il est en berne depuis le développement de l'épidémie. On commence à en ressentir les effets économiques, non seulement sur les hôtels, mais aussi sur le commerce de luxe".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess