Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Ras-le-bol, je prends le risque d'ouvrir", une esthéticienne sarthoise refuse de fermer malgré le confinement

-
Par , France Bleu Maine

Emmanuel Macron a annoncé, mercredi 31 mars, la fermeture des commerces dits "non essentiels" dans toute la France. Un nouveau coup dur pour une esthéticienne sarthoise qui a décidé de ne pas fermer les portes de son établissement et de continuer à accueillir ses clientes, malgré l'interdiction.

Une esthéticienne et sa cliente (illustration)
Une esthéticienne et sa cliente (illustration) © Maxppp - Jan Schmidt-Whitley/Le Pictorium

Elle explique qu'elle a pris la décision "sur un coup de tête". Virginie, gérante d'un institut de beauté en Sarthe, explique qu'elle ne fermera pas son institut de beauté samedi 3 avril. Lors de son allocution pour faire le point sur la situation sanitaire, Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des commerces "non-essentiels" sur l'ensemble du territoire. Certains magasins ont obtenu une dérogation : les fleuristes, les chocolatiers, les libraires, les disquaires, les coiffeurs... Mais ce n'est pas le cas des salons de beauté qui vont devoir baisser le rideau. 

"C'est un nouveau coup dur, c'est pour ça que j'ai pris la décision de rester ouverte", explique la Sarthoise. "Il y a de la frustration, un sentiment d'injustice par rapport aux salons de coiffure, qui sont dans le même corps de métiers que nous, mais qui ont la possibilité de continuer à accueillir du public. Donc je prends le risque d'ouvrir", justifie-t-elle.

Qui ne tente rien n'a rien. On verra bien

"C'est un gros gros ras-le-bol", poursuit Virginie, très émue. "Qui ne tente rien n'a rien. On a des rendez-vous à honorer, des salariées qui ont une baisse de leur rémunération avec le chômage partiel", explique Virginie. Elle craint que cette nouvelle fermeture ne lui fasse perdre une partie de sa clientèle : "C'est de la perte pour la suite parce que les clientes vont prendre d'autres habitudes de consommation pour la suite".

L'institut sera donc ouvert dès lundi "pour combien de temps, on ne sait pas. On verra bien", ajoute-t-elle, consciente du risque d'amende ou de fermeture administrative. "De toute façon, dans tous les cas, je suis en fermeture normalement à partir de samedi soir, donc tout est bon à prendre". L'esthéticienne explique qu'elle prendra moins de rendez-vous, pour assurer davantage de sécurité au niveau sanitaire, et parce que la limitation des déplacements dans un rayon de 10 kilomètres va empêcher certaines clientes de venir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess