Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Rassemblement contre le harcèlement devant l'usine JTEKT à Chevigny-Saint-Sauveur

lundi 2 juillet 2018 à 18:26 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

Management par la terreur, harcèlement au quotidien : la CGT Côte-d'or dénonce un climat délétère au sein de l'usine JTEKT à Chevigny-Saint-Sauveur. Le syndicat appelait à un rassemblement devant le site, ce lundi 2 juillet 2018 à midi. La DRH dément ces accusations.

Rassemblement à l'appel de la CGT Côte-d'Or ce lundi 2 juillet 2018 devant l'usine JTEKT à Chevigny-Saint-Sauveur, contre le harcèlement et les sanctions
Rassemblement à l'appel de la CGT Côte-d'Or ce lundi 2 juillet 2018 devant l'usine JTEKT à Chevigny-Saint-Sauveur, contre le harcèlement et les sanctions © Radio France - Stéphanie Perenon

Chevigny-Saint-Sauveur, France

"Il y a un climat anxiogène qui règne dans cette entreprise et une souffrance au travail énorme" explique Franck Oliver. Cet élu au CGT au CHSCT chez JTEKT, estime n'avoir "jamais connu un tel degré de management par la peur en vingt-trois ans de carrière." Il ne se passe pas une semaine, poursuit le conducteur de ligne, "sans qu'un salarié vienne me voir pour me dire qu'il vient au travail la boule au ventre." 

Franck Oliver, conducteur de ligne et élu CGT au CHSCT chez JTEKT

Un management par la peur dénoncé par la CGT

L'usine fabrique des pièces automobiles pour de nombreuses marques, et emploie quelques 700 salariés (jusqu'à 1200 avec les intérimaires) et selon la CGT, la direction voudrait augmenter la productivité des ouvriers de 72% en deux ans ! D'où la situation très tendue en ce moment, et l'appel au rassemblement lancé par la CGT Côte-d'Or ce lundi midi devant les grilles de l'usine. Une façon d'alerter la direction sur un "management à court terme qui va laisser des traces" précise Franck Oliver, "car on a peur qu'il arrive un drame." Le climat social se dégrade depuis plusieurs mois pour Jean-François Bellorgey, suppléant CGT du délégué syndical. 

Les intérimaires doivent supporter une forte pression - Jean-François Bellorgey, suppléant CGT du délégué syndical

"Les intérimaires ne doivent pas dépasser de trente secondes ou d'une minute la pause sur la ligne sinon ils sont réprimandés". "Et en cas d'heures supplémentaires, et même si la direction parle de volontariat le samedi, les intérimaires, quelle que soit la raison familiale ou autre, ils savent qu'ils ne pourront pas les refuser sinon ils seront en fin de contrat dans les semaines qui suivent." "Ça va vraiment trop loin" conclut Jean-François Bellorgey.

Pour Jean-François Bellorgey, suppléant CGT du délégué syndical, la pression esttrès forte sur les intérimaires.

Un délégué syndical de la CGT convoqué par la direction

Ce délégué a reçu une convocation pour un entretien préalable en vue de sanction pouvant aller jusqu'au licenciement. Il aurait selon la direction "agrippé par le col un cadre, ce qui lui a valu cette convocation". L'intéressé explique de son côté, qu'en dénonçant la pression subie par ses collègues, il est constamment accusé par sa direction d'harcèlement. Il devrait recevoir une réponse de la direction avant trente jours mais espère que le rassemblement de ce lundi _"permettra de faire bouger les choses."_Une trentaine de personnes étaient présentes dont la secrétaire départementale de la CGT, Sandrine Mourey venue soutenir les salariés mais aussi le délégué syndical de JTEKT.

Rassemblement ce lundi midi devant l'usine JTEKT à l'appel de la CGT Côte-d'Or contre le harcèlement et les sanctions. - Radio France
Rassemblement ce lundi midi devant l'usine JTEKT à l'appel de la CGT Côte-d'Or contre le harcèlement et les sanctions. © Radio France - Stéphanie Perenon

La DRH dément les accusations de harcèlement

Pour la DRH Caroline Santiard,"il n'y a pas de harcèlement au sein de notre usine et s'il arrive parfois que les managers chronomètrent certaines lignes, c'est pour équilibrer les tâches de travail".