Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Recensement : la ville de Belfort perd encore des habitants

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le maire de Belfort a décidé de prendre les devants. Damien Meslot a décidé de dévoiler, dès ce vendredi, les dernières statistiques de l'Insee sur les "nouvelles populations légales au 1er janvier 2020". Il apparaît que la ville perd une nouvelle fois des habitants.

La ville de Belfort compte 48 423 habitants
La ville de Belfort compte 48 423 habitants © Maxppp - Simon Daval

Belfort, France

Ce sera l'un des enjeux des prochaines élections municipales. C'est sans doute la raison pour laquelle Damien Meslot, le maire de Belfort, a décidé de dévoiler, dès ce vendredi, les prochains chiffres de l'Insee, alors que l'institut de statistique doit les publier seulement lundi (Les nouvelles populations légales au 1er janvier 2020) . Dans ce document, (dont l'année de référence est 2017) il apparaît que la ville de Belfort perd une nouvelle fois des habitants: il y a 48 423 habitants dans la cité du Lion selon les chiffres de l'Insee soit 1 500 habitants de moins que l'an dernier. 

Une baisse importante surtout aux Glacis et aux Résidences

Une baisse qui n'est pas inquiétante selon Damien Meslot car elle est logique: " Les deux principaux quartiers qui perdent des habitants ce sont les quartiers des Résidences et des Glacis. C'est dû à la destruction de plusieurs tours d'habitation ces dernières années. Il faut le temps de reconstruire et les habitants reviendront d'ici deux ou trois ans".  

Nous construisons de nouveaux logements pour inverser la tendance (Damien Meslot, maire de Belfort)

"Nous payons aussi la politique d'inertie de mes prédécesseurs avec un parc de logement vieux et inadapté, ce qui explique le nombre importants de logements vacants" ajoute l'élu.  "Mais nous avons fait des mises en demeure avenue Jean Jaurès et puis _nous menons plusieurs programmes de construction neufs. Il faut que le logement soit plus en adéquation avec la demande des habitants_, et notamment des familles, qui partent en périphérie ". 

Beaucoup trop de logements de standing pour l'opposition

Une analyse qui n'est pas partagée par Bastien Faudot, élu d'opposition de la gauche républicaine et socialiste : "Il faut quand même préciser que deux des trois tours détruites aux Résidences sont vides depuis 2014, donc tout ça n'est pas très sérieux et rigoureux. C'est du pipeau comme d’habitude. Quant aux nouveaux programmes de logements neufs, il y en a trop. Ces logements de standing ne sont pas adaptés aux revenus des habitants. Quand on fait 1 000 droits à construire dans un seul mandat, il faut 25 ans pour les commercialiser". 

Bastien Faudot estime aussi que le développement "d'un vrai pôle métropolitain" aurait évité cette érosion. Il s'inquiète enfin des effets, dans les prochaines années, du plan social chez General Electric sur la population belfortaine.  "L’histoire retiendra que Belfort n'était jamais descendue sous les 50 000 habitants". 

Les villes et villages périphériques de Belfort continuent de gagner des habitants 

A noter que la première couronne de Belfort, elle, gagne des habitants: entre 2 et 4% d'augmentation pour des villes comme Offemont et Bessoncourt. Entre 0,2 et 2,1% d'augmentation pour des villes comme Essert et Danjoutin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu