Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : à Perpignan, Louis Aliot prend un arrêté autorisant les commerces non-alimentaires à rouvrir

-
Par , France Bleu Roussillon

Le maire de Perpignan dénonce une inégalité de traitement entre les grandes surfaces et les commerces non alimentaires. Il a pris ce vendredi un arrêté permettant aux commerces de centre-ville de rouvrir malgré les interdictions liées au reconfinement.

Le maire de Perpignan estime que les petits commerces sont injustement traités avec ce re-confinement.
Le maire de Perpignan estime que les petits commerces sont injustement traités avec ce re-confinement. © Radio France - Xavier Ponroy

L'arrêté est censé entrer en vigueur ce mardi 3 novembre. "Et il durera jusqu'à ce que le gouvernement revienne de façon juste et proportionnée, plus sérieuse sur l'inégalité de traitement qu'il a créée entre les petits commerces d'un côté, les plateformes de vente en ligne et les grandes surfaces de l'autre" précise Louis Aliot. Il ne s'agit pas de minimiser les mesures qui ont été prises par le gouvernement, souligne le maire de Perpignan : "La crise sanitaire est importante, et s'avère être dangereuse pour beaucoup d'entre nous."  

"Un confinement incohérent"

"Il appartient au Premier ministre Jean Castex de trouver d'ici mardi une solution." L'élu Rassemblement national a le gouvernement dans le viseur. Selon lui, ce reconfinement est "incohérent" et, "avec les exceptions qu'il initie, n'en est pas vraiment un". 

Louis Aliot prend surtout l'exemple des grandes surfaces, en pointant du doigt la variété de produits que l'on y retrouve. "C'est quand même incroyable qu'on interdise à un Perpignanais d'aller, par exemple, acheter sa chemise en centre-ville mais qu'on l'oblige à prendre sa voiture pour aller dans une grande surface en périphérie.

D'autres communes dans les Pyrénées-Orientales (Pia, Claira, Ille-sur-Têt...) ont pris un arrêté similaire. Plusieurs villes de France, notamment Béziers, ont fait de même. Perpignan est pour le moment la plus grande commune concernée.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le maire élu en juin 2020 balaie les accusations de démagogie : "Ce n'est pas démagogique, c'est prendre ses responsabilités. Il s'agit d'une question de nature gouvernementale. À partir du moment où nous sommes rassurés par des protocoles rigoureux mis en place dans les commerces, il n'y a aucun raison qu'on ne fasse pas confiance aux uns et qu'on laisse faire les autres." Dans l'idée de Louis Aliot, on pourrait "limiter l'activité des grandes surfaces strictement à l'alimentaire". La Fnac a par exemple décidé de fermer ses rayons culture. 

Réponse lundi pour le stationnement gratuit, 20.000 masques distribués dans les écoles de la ville

Quelque 20.000 masques (soit deux par élève) vont être distribués aux écoliers de Perpignan. Pour rappel, le port du masque sera à partir de lundi obligatoire pour les enfants à partir de six ans. 

Concernant le stationnement gratuit à Perpignan pendant la durée du confinement (comme cela avait été le cas au printemps), la mairie temporise et renvoie sa décision à lundi, précisant que "nous ne sommes pas dans la même situation". 

Enfin, un numéro spécial Covid-19 a été mis en place pour répondre aux questions des habitants, avec au bout du fil des élus et des agents de la ville : 09 73 79 54 54, du lundi au samedi de 8h à 18h.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess