Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : ces maires qui bravent l'interdiction de fermeture des commerces

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La fronde des élus locaux s'étend partout en France pour contester la fermeture des petits commerces "non-essentiels", décidée en raison du reconfinement. Depuis vendredi, de nombreux maires signent des arrêtés (illégaux) autorisant la réouverture des commerces non-alimentaires en centre-ville.

Face au deuxième confinement mis en place ce vendredi, de nombreux maires ont pris un arrêté pour protéger leurs commerces non-alimentaires de proximité
Face au deuxième confinement mis en place ce vendredi, de nombreux maires ont pris un arrêté pour protéger leurs commerces non-alimentaires de proximité © Maxppp - Stéphanie Para

Valence, Yssingeaux, Perpignan, Béziers... La liste s'allonge rapidement, heure par heure ce samedi, des maires ayant décidé de tenir tête au gouvernement. Depuis vendredi, premier jour du reconfinement, de plus en plus d'élus locaux signent en effet des arrêtés autorisant les commerces non-alimentaires ou "non-essentiels" à rester ouverts dans leurs communes. Ces arrêtés sont immédiatement déclarés illégaux par les préfectures, mais le bras de fer s'annonce tendu entre les maires et le gouvernement. 

Concurrence déloyale et mort des centres-villes

L'un des premiers à avoir ouvert la fronde, c'est François Boucher, le maire LR de Migennes, une petite commune de près de 7.000 habitants dans l'Yonne. Jeudi, il a signé un arrêté municipal pour autoriser l'ouverture des commerces non-alimentaires jusqu'à ce que _"_jusqu'à ce que soit rétablie l'égalité de traitement [...] entre les grandes surfaces extérieures à la ville" qui peuvent encore tout vendre et les petits commerces de centre-ville qui risquent la fermeture face à cette "concurrence déloyale".

Grève de la faim et pétitions

Ces arguments ont été repris par d'autres maires depuis, mais aussi par d'autres élus, comme en Mayenne où les élus du Département ont écrit au gouvernement pour "exiger la réouverture des commerces de proximité". Même chose dans le Loiret ou encore dans le Doubs, ou à Dole, dans le Jura, où les maires interpellent également le gouvernement. Dans l'Yonne encore, la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) a lancé une pétition demander "la réouverture des commerces de proximité". En Vendée, le sénateur vendéen Les Républicains, Bruno Retailleau, a, pour sa part, de lancer une pétition pour l'ouverture des commerces de proximité. 

Dans le Haut-Rhin enfin, une commerçante a entamé une grève de la faim pour dénoncer l’injustice du reconfinement vis-à-vis des petits commerces. Ce samedi 31 octobre, des commerçants ont manifesté pour dénoncer la fermeture de leurs magasins, comme à Chambéry, en Savoie, à Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, à Abbeville, en Picardie, ou encore en Ardèche où commerçants et élus ont manifesté côte-à-côte.

Par ailleurs d'autres voix ce sont élevées dans le week-end, Anne Hidalgo, la maire de Paris qui promet de s'engager pour laisser les librairies ouvertes, ou encore le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, qui a appelé ce dimanche le gouvernement à soutenir les petits commerces.

Vendredi déjà, le gouvernement avait cédé face à la polémique en annonçant la fermeture des rayons livres et culture des grandes surfaces alimentaires et spécialisées par "souci d'équité entre grandes surfaces et les librairies indépendantes". 

Recours envisagé devant le Conseil d'Etat et lettre ouverte

Lundi, le maire d'Orange, Jacques Bompard, a dit envisager un recours devant le Conseil d'État, seul habilité à casser un arrêté national, en l’occurrence celui qui impose la fermeture des petits commerces pendant le confinement.

Des maires et des parlementaires de Seine-Maritime ont eux signé ce lundi une lettre ouverte, adressée au Premier ministre et au président de la République, pour "alerter sur le sort fait aux commerces qualifiés de non-essentiels". Ce nouveau confinement pourrait donc être "fatal" à certains, estiment les signataires. 

France Bleu dresse la liste des communes où les maires et les élus locaux protestent contre ses fermetures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess