Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement en France : le gouvernement promet des aides pour les petits commerces

-
Par , France Bleu
France

Les petits commerces vont devoir fermer vendredi matin en raison du reconfinement décidé par le gouvernement. Une fermeture qui intervient alors que cette période d'avant fêtes est décisive. L'exécutif promet des aides pour leur permettre de survivre.

Canet, lors du confinement de ce printemps
Canet, lors du confinement de ce printemps © Maxppp - Nicolas Parent

Alors que tout le pays se reconfine ce vendredi et pour au moins cinq semaines, "l’économie ne doit ni s’arrêter, ni s’effondrer", prévenait mercredi soir Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée. A moins de deux mois de Noël, cette fermeture est un nouveau coup dur pour les petits commerces, notamment de proximité. L’Etat promet ainsi plusieurs aides pour soutenir ces entreprises.

Maintien des aides déjà en vigueur

Emmanuel Macron a promis mercredi que le gouvernement maintiendrait les aides déjà instaurées. Il s'agit ainsi de l'indemnisation du chômage partiel, de l'exonération des charges et de l'aide jusqu’à 10 000 euros par mois pour les entreprises de moins de 50 salariés qui seront fermées administrativement.

Coup de pouce fiscal pour inciter les bailleurs à baisser les loyers

Le gouvernement promet aussi de nouvelles mesures de trésorerie pour les entreprises dont les charges fixes et les loyers pèsent lourd. L'une des pistes envisagées est un crédit d’impôt pour les bailleurs qui baisseront les loyers pendant au moins trois mois. Avec ce coup de pouce fiscal, l'exécutif espère inciter les propriétaires de baux commerciaux à abaisser les loyers.

Enfin, Emmanuel Macron a évoqué mercredi un plan spécial pour les indépendants, les commerçants, les très petites et moyennes entreprises. Toutes les mesures d'aides doivent être présentées ce jeudi par le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Des réouvertures envisagées

Il y a tout de même une petite lueur d’espoir : certains commerces pourraient rouvrir avant le déconfinement. Cela sera envisagé si et seulement si la situation sanitaire s’améliore. Emmanuel Macron a assuré que "tous les quinze jours", le reconfinement sera réévalué. Ce sera donc en fonction des indicateurs que le gouvernement décidera des commerces autorisés à rouvrir.

Nous entrons cela dit dans une période cruciale pour les commerces de bouche, les magasins de jouets et les bijoutiers. Elle peut peser jusqu’à un tiers de leur chiffre d’affaires annuel. Les professionnels craignent donc d'être dépassés par les géants du numérique. Cela fait déjà plusieurs années que les achats en ligne progressent, mais il y a eu une accélération de ce phénomène avec le premier confinement. Dans le non alimentaire par exemple, Amazon a réalisé en avril 83% de ventes en plus par rapport à l’an passé, selon Francis Palombi, président de la confédération des commerçants de France. Si les consommateurs privilégient les achats en ligne pour les cadeaux de Noël, certains petits commerçants risquent de ne pas s'en remettre, surtout après l'année qu'ils ont eu. 

La colère des organisations patronales

Avec les dettes à honorer et la trésorerie à sec, les TPE et PME se disent prises à la gorge. En juin, l'Unédic anticipait pour la fin de l'année 900 000 emplois supprimés et 630 000 chômeurs supplémentaires. Et les organisations patronales craignent encore plus de faillites dans les semaines et mois à venir. Pour l’UMIH, principal syndicat de l’hôtellerie, 30% de ses commerces risquent de ne pas survivre. "Des centaines de milliers d’entreprises vont disparaître", prévient le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux. Les aides annoncées ne calment donc absolument pas la colère des professionnels. Pour eux, ces nouvelles fermetures administratives sont incompréhensibles et injustes. "Economiquement c’est une mise à mort quelque part, s’il n’y a pas un plan de soutien à la hauteur des efforts qu’on leur demande", lance même le président de la Confédération des PME, François Asselin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess