Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : la maire de Montauban promet de payer les amendes des commerces ouverts malgré l'interdiction

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

La maire de Montauban a pris un arrêté pour permettre aux commerçants de sa ville de rester ouverts pendant le reconfinement, mais le préfet répète que c'est illégal et prévient que les commerçants encourent des sanctions. La maire de Montauban dénonce un "chantage" et promet de payer les amendes.

Un commerce fermé pour le reconfinement - illustration
Un commerce fermé pour le reconfinement - illustration © Radio France - Claire Leys

Le bras de fer entre la maire de Montauban et le préfet du Tarn-et-Garonne continue. Vendredi, la maire, Brigitte Barèges, a pris un arrêté pour permettre aux commerces non-alimentaire du centre-ville d'ouvrir malgré l'interdiction avec le reconfinement. Dans la foulée, le préfet a dénoncé un arrêté illégal et a déposé un référé devant le tribunal administratif. Pierre Besnard a également demandé aux forces de circuler dans les rues ce samedi pour informer les commerçants qu'ils risquaient des sanctions en restant ouverts.

Et ce dimanche, Brigitte Barèges, interrogée ce dimanche par franceinfo, promet qu'elle paiera les amendes des commerçants qui resteraient ouverts. "Si l'État va jusqu'au bout de son entêtement, bien évidemment nous prendrons toutes nos responsabilités et nous les accompagnerons", assure-t-elle. La maire prévoit de réunir les commerçants de la commune ce lundi "pour leur dire qu'on est prêts à les soutenir et à faire front".

Brigitte Barèges dénonce "une forme de chantage"

Pour l'instant, aucune contravention n'a été dressée à sa connaissance mais Brigitte Barèges dénonce "une forme de chantage" avec le rappel à l'ordre fait par les forces de l'ordre aux commerçants ce samedi. "Ces intimidations ont fait leur effet, estime Brigitte Barèges, parce que l'après-midi très peu de commerces sont restés ouverts. On peut comprendre que les commerçants n'aient pas envie de s'exposer inutilement."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Si le préfet du Tarn-et-Garonne a demandé à la police nationale de contrôler les commerces ouverts ce samedi matin, l'élue Les Républicains a au contraire donné pour consigne aux policiers municipaux de ne pas verbaliser les commerçants. "Ils sont déjà bien occupés à surveiller les lieux de culte, juge-t-elle. On est quasiment seuls. Nous avons 19 édifices religieux catholiques et protestants à protéger, sept cimetières. Donc, face au risque de terrorisme, je pense que les policiers ont mieux à faire que de verbaliser."

"Ou on ferme les rayons des grandes surfaces concurrentes à nos commerces de centre-ville, ou on ouvre tout le monde. Mais il y a un injustice qu'il faut absiolument réparer", réclame désormais Brigitte Barèges. Ce dimanche midi, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé une fermeture possible dans les grandes surfaces des "rayons de produits qui ne sont pas de première nécessité". Des mesures que devrait préciser le Premier ministre, Jean Castex, qui doit s'exprimer ce dimanche soir dans le 20h de TF1.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess