Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : le soulagement d'une fleuriste lilloise, autorisée à ouvrir pour la Toussaint

-
Par , France Bleu Nord

Ils pensaient devoir baisser le rideau dès jeudi soir, pour respecter le confinement. Les fleuristes peuvent finalement continuer d'accueillir des clients jusqu'au dimanche 1er novembre au soir. Cette dérogation doit leur permettre d'écouler leurs stocks de la Toussaint.

 Pour Aurélie Galbrun, fleuriste à Lille, ce délai de trois jours peut permettre d'écouler un peu les stocks.
Pour Aurélie Galbrun, fleuriste à Lille, ce délai de trois jours peut permettre d'écouler un peu les stocks. © Radio France - Hélène Fromenty

Un court répit pour les fleuristes avant le reconfinement. Les boutiques de fleurs peuvent finalement rester ouvertes jusqu'au dimanche 1er novembre au soir, avant de baisser le rideau comme les autres commerces non-essentiels, jusqu'au 1er décembre au moins. Le gouvernement leur accorde cette dérogation à l'occasion des fêtes de la Toussaint, ce qui doit permettre aux Français de pouvoir aller se recueillir sur les tombes de leurs proches ce weekend.  

A Lille, ce jeudi 29 octobre, les clients étaient au rendez-vous à la boutique "Oh les fleurs", boulevard Louis XIV. "D'habitude je prends des bruyères, mais là ce sera des chrysanthèmes," assure Danièle, qui a l'habitude de rendre visite à sa mère au cimetière à la Toussaint. 

Elle l'avoue, elle ne savait pas que les fleuristes pourraient rester ouverts jusqu'à la fin de la semaine. "Je me suis dit qu'il fallait que je vienne aujourd'hui, car sinon je n'aurais rien. Mais tant mieux pour eux ! C'est bien de leur laisse un peu le temps surtout avec les fêtes. Ca fait vivre aussi le commerce." 

Plusieurs milliers d'euros de pertes 

Ce délai de trois jours, ce n'est pas énorme, mais ça soulage quand même la fleuriste, Aurélie Galbrun. "On est contents. C'est quand même un grand point positif pour éviter les pertes en pomponnettes, en chrysanthèmes..."

Ça fait forcément mal au cœur de tout jeter

Son patron est à la tête de quatre boutiques à Lille et dans les environs. Avec le confinement, il risque de perdre plus de 5.000 euros, soit plus de 1.000 euros par magasin. 

Avec le reconfinement, l'enseigne risque de perdre plus de 5.000 euros.
Avec le reconfinement, l'enseigne risque de perdre plus de 5.000 euros. © Radio France - Hélène Fromenty

"Malheureusement, tout ce qui n'aura pas été vendu d'ici à dimanche partira à la poubelle, reprend Aurélie Galbrun. C'est du vivant, donc ça fait forcément mal au cœur de jeter. Et puis c'est beaucoup de travail également derrière, pour préparer les bouquets, sortir et ranger les plantes chaque jour. On préparait déjà les fêtes de Noël..."

Pendant le confinement, l'enseigne va mettre en place un système de drive et de click&collect via le site internet. "Ça ne compensera pas tout, mais au moins les clients pourront continuer à acheter en ligne."

Avantage aux hypermarchés 

Petit pincement au cœur aussi pour les clients habitués, comme Nathalie. "On n'a pas seulement besoin de fleurs à la Toussaint. Avec le confinement, on est enfermé chez soit, c'est bien d'embellir son intérieur avec un bouquet..."

Nathalie est venue chercher des pomponnettes et reviendra chercher des roses.
Nathalie est venue chercher des pomponnettes et reviendra chercher des roses. © Radio France - Hélène Fromenty

Et elle craint que les grandes surfaces raflent la mise. "Les clients vont se précipiter dans les hypermarchés au lieu d'aller acheter chez les petits fleuristes de quartier." 

Alors elle promet de revenir une dernière fois, avant la fermeture de dimanche, pour s'acheter des roses. "A moins que mon mari ne me les offre d'ici là..."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess