Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : les petits commerces basques assurent qu'ils rouvriront au 1er décembre "quoi qu'il arrive"

-
Par , France Bleu Pays Basque

Dans une lettre ouverte rendue publique ce dimanche soir envoyée au préfet et aux parlementaires des Pyrénées-Atlantiques, les commerçants du Pays Basque, via leurs unions commerciales, ont décidé d'ouvrir leur boutique au premier décembre "quoi qu'il arrive".

Les petits commerces sont nombreux à proposer du "click and collect"
Les petits commerces sont nombreux à proposer du "click and collect" © Radio France - Oihana Larzabal

Les commerçants du Pays Basque veulent ouvrir leur boutique le plus vite possible. Pour eux, la date butoir c'est le 1er décembre. Ce jour-là, écrivent-ils dans une lettre ouverte adressée au préfet et aux parlementaires des Pyrénées-Atlantiques, ils rouvriront "quoi qu'il arrive". La lettre, transmise à France Bleu ce dimanche 15 novembre, est signée de l'union commerciale de Bayonne, celle de Biarritz, celle du Pays Basque et la CPME. Dans leur missive, ils assurent avoir "pleinement conscience de la gravité de la situation sanitaire dans laquelle est la France". Ils assurent respecter toutes les "mesures édictées par le gouvernement malgré les études qui montrent que les commerces ne sont pas répertoriés comme propagateurs de l’épidémie."  Mais, ils demandent une véritable équité de traitement avec la grande distribution et déplorent que les mesures actuelles fassent les affaires de la vente en ligne. 

"Quel délit avons-nous commis pour mériter un tel châtiment ?" s'interrogent les commerçants

Dans ce courrier aux multiples destinataires, les commerçants s'interrogent également. "Quel délit avons-nous commis pour mériter un tel châtiment ?  Les commerçants et artisans refusent l’hécatombe annoncée et toutes ses conséquences à caractère social : licenciements, maladies professionnelles, suicides... "

Autant de raisons qui les ont conduits à décider d'ouvrir leurs commerces, le 1er décembre, "soit 35 jours après ce deuxième confinement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess