Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : les réactions en Indre-et-Loire

-
Par , , , France Bleu Touraine

Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement national dès ce vendredi. Tour d'horizon des réactions en Indre-et-Loire.

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement national.
Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement national. © Radio France - Marion Aquilina

Les Français de nouveau confinés.Ce mercredi soir, Emmanuel Macron a annoncé un reconfinement national, qui prendra effet dans la nuit de jeudi à vendredi. Tour d'horizon des réactions en Indre-et-Loire. 

Sentiments partagés pour les syndicats enseignants

Les écoles maternelles et primaires resteront ouvertes et c'est une bonne chose pour Paul Agard, secrétaire départemental du SNUIPP FSU : "Pendant le confinement, on a bien vu que la problématique de l'arrêt de la scolarisation était extrêmement forte. On s'est rendu compte que le travail d'enseignement se faisait mieux en présentiel qu'en distanciel"

Reste la question du protocole sanitaire. "Même si les enfants semblent moins porteurs et moins transmettre la Covid, il y a quand même un risque bien réel. _On va avoir besoin d'un protocole qui permette de protéger tout le monde, parce que la Covid ne va pas s'arrêter à la porte des écoles_", pointe le représentant syndical qui souligne les "problèmes de matériel et de nettoyage dans certaines écoles"

Un coup de massue pour le Medef

"Le travail pourra continuer" a assuré Emmanuel Macron dans son allocution. Mais pour le Medef, l'organisation patronale des grandes entreprises, ce reconfinement est un véritable "coup de massue". "Les industries pourront continuer à tourner, mais s'il n'y a pas de débouchés derrière, elles seront fortement impactées", déplore Sandrine Fleury, présidente du Medef en Touraine

"En septembre, neuf entreprises sur dix, adhérentes au Medef Touraine, déclaraient une stagnation ou une baisse du chiffre d'affaires. Malheureusement, _on risque d'avoir un certain nombre d'entreprises qui ne se relèveront pas de ce nouveau confinement_, avec la fermeture d'un certain nombre d'activités économiques",  alerte la présidente de l'organisation patronale. 

Les petits commerçants, entre colère et incompréhension

Les commerces non essentiels doivent de nouveau baisser le rideau. Céline, fleuriste à Bourgueil, n'a "même plus les mots". "On n'est jamais prêt à devoir fermer son magasin. En tant que fleuriste, on arrive à une grosse période avec la Toussaint. On a fait des stocks de plantes et de fleurs pour pouvoir répondre aux demandes qu'on ne va pas forcément pouvoir écouler", regrette-t-elle. 

"Je ne vois pas en quoi fermer tous les magasins qui ne sont pas de première nécessité va éradiquer la prolifération du virus. Par contre, on accorde aux gens le droit de s'agglutiner dans des grandes surfaces. On se sent mis de côté. _On est les pestiférés de ce système économique_", s'indigne la commerçante. 

Une décision nécessaire pour les professionnels de santé

"C'est vraiment un choix qui s'imposait. L'explosion des contaminations sur ces dernières semaines rendait inéluctable ce choix. Il était vraiment important de ralentir l'épidémie", constate Sophie Lizé, médecin généraliste à Joué-lès-Tours et présidente de la communauté des professionnels de santé libéraux dans la métropole tourangelle. 

Elle rappelle tout de même l'importance de continuer à aller chez le médecin : "Pour tous les patients qui ont des problèmes de santé, il est important qu'ils consultent leur médecin et qu'ils continuent à prendre en charge leur santé. ll ne faudrait pas qu'on se retrouve comme au mois de mars, avec des personnes qui ont laissé traîner des problèmes de santé à cause du confinement", plaide-t-elle. Et d'encourager : "Les personnes qui se retrouvent en attente d'opération, qu'elles n'hésitent pas à s'orienter chez leur médecin traitant pour savoir quelle est la bonne attitude à adopter, quels sont les bons traitements"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess