Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconfinement : les relais-colis de Perpignan croulent sous la demande

-
Par , France Bleu Roussillon

À l'approche des fêtes et alors que les ventes en ligne se multiplient avec le reconfinement, les relais colis croulent sous la demande. Certaines boutiques peinent même à assurer leur activité principale.

Les colis s'empilent un peu partout dans le pressing Saint-Gaudérique, à Perpignan.
Les colis s'empilent un peu partout dans le pressing Saint-Gaudérique, à Perpignan. © Radio France - Adèle Bossard

À un mois des fêtes de fin d'année, certains relais colis ne savent déjà plus où mettre les cartons qu'ils reçoivent. Il y a comme chaque année les commandes pour Noël qui s'accélèrent, mais le phénomène est aussi accentué par le reconfinement : les clients sont plus nombreux à commander sur internet et comme certaines boutiques qui assurent un point relais sont fermées, celles qui sont encore ouvertes croulent sous la demande.

Au pressing Saint-Gaudérique, à Perpignan, Caroline Pinero-Alarcon ne sait par exemple plus où empiler les colis dans sa boutique d'une cinquantaine de mètres carrés. "J'en ai même mis sur ma machine à laver, parce que je n'ai pas de place. Normalement, je ne peux avoir en stock que 100 colis, mais je suis déjà à 127 colis ! Et j'en ai fait partir une quarantaine ce matin", constate-t-elle.

Les colis qui s'entassent dans le pressing Saint-Gaudérique de Perpignan.
Les colis qui s'entassent dans le pressing Saint-Gaudérique de Perpignan. © Radio France - Adèle Bossard

Et de l'autre côté du comptoir, les clients défilent. "On commence à faire les cadeaux de Noël et on fournit la garde-robe des enfants, explique Aurélie, venue déposer deux colis et en chercher cinq autres. On en profite parce qu'on est à la maison, qu'on a le temps comme on ne travaille plus, et parce que c'est pratique !"

Pratique pour le client, mais beaucoup moins pour la gérante. "Je fais point-relais depuis plus de 10 ans, et c'est de pire en pire, assure Caroline Pinero-Alarcon. J'ai le droit d'être ouverte pendant le confinement par rapport à mon activité principale, mais je ne fais plus mon activité principale, je ne fais pratiquement que des colis."

Des commerçants rémunérés 15 à 30 centimes par colis

Et pour cette gestion des colis, les commerçants ne sont rémunérés que 15 à 30 centimes par paquet. "C'est intéressant parce que ça paie mon loyer et parce que ça me fait connaître et ça me fait venir du monde, reconnaît Caroline Pinero-Alarcon. Mais on n’est pas assez bien payés pour passer des journées entières à ne faire que ça."

"C'est plus pour nous faire de la publicité parce qu'on ne peut pas vraiment considérer 15 à 30 centimes comme une vraie rémunération pour nous", admet aussi Jean-François Pereira, le gérant du magasin de surgelés Frigeland, à Perpignan, qui fait relais-colis depuis un an et demi.

Les chiffres des colis passés par la boutique Frigeland depuis le début du mois.
Les chiffres des colis passés par la boutique Frigeland depuis le début du mois. © Radio France - Adèle Bossard

Lui mise surtout sur cette activité pour lui ramener des clients, et l'affluence actuelle l'encourage. "Je me disais que ça nous amènerait une petite activité pour nous faire connaître mais là, c'est énorme ! En ce moment, on voit défiler 250 à 300 personnes par jour pour le relais-colis, assure-t-il.

Et c'est vrai que certains font l'effort de faire une course... Imaginez que chaque client qui vient pour un colis prenne aussi une pizza !" Ce n'est pas encore le cas, reconnaît-il, "mais ça fonctionne déjà très bien".

Dans le magasin Frigeland, les surgelés cotoient les colis.
Dans le magasin Frigeland, les surgelés cotoient les colis. © Radio France - Adèle Bossard
Choix de la station

À venir dansDanssecondess