Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reconversion de la raffinerie de Grandpuits en Seine-et-Marne : la CGT craint 200 suppressions d'emploi

-
Par , France Bleu Paris

Un projet de reconversion de la raffinerie de Grandpuits sera annoncé jeudi aux syndicats. Le groupe Total indique qu'il n'y aura pas de licenciements, mais la CGT craint des centaines de suppressions d'emploi directs et indirects.

Un projet de reconversion du site sera annoncé jeudi 24 septembre à la raffinerie Total de Grandpuits.
Un projet de reconversion du site sera annoncé jeudi 24 septembre à la raffinerie Total de Grandpuits. © Maxppp - Aurelien Morissard

Le groupe Total a annoncé mardi 22 septembre aux syndicats un projet de reconversion de la raffinerie de Grandpuits en Seine-et-Marne. Il sera dévoilé en détail jeudi 24, lors d'un comité social et économique. La CGT craint la suppression de 200 emplois directs et 800 indirects chez les sous-traitants.

Le syndicat estime en effet que cette reconversion signe la fin de l'activité de raffinage classique. Le site francilien pourrait en effet être transformé en unité de production de bio-plastiques et biocarburants.

Ouverte en 1966, la raffinerie de Grandpuits est la dernière ouverte en métropole, pour exploiter le pétrole d'Île-de-France. La majorité de son approvisionnement en brut provient néanmoins du Havre, via un pipeline de 262 km en mauvais état. Une fuite s'est déclarée en 2014 en Seine-maritime et en février 2019 dans les Yvelines.

Départs en retraite anticipés et mobilités internes

Total a lancé un audit pour estimer s'il était rentable de réparer le pipeline, mais le groupe sait qu'il faudrait débourser des centaines de millions d'euros. La CGT craint que Total se serve de ces fuites comme excuse, explique Thierry Defresne, délégué syndical : "Le pipeline a bon dos ! [Total] va profiter de ce pipeline malade et du coût pharaonique de son remplacement pour dire qu'il n'est pas capable de le faire."

Malgré ces craintes, la direction indique au contraire qu'il n'y aura aucun licenciement et se contente d'affirmer que le projet sera "responsable dans toutes ses dimensions". En revanche, elle évoque des départs en retraite anticipés et des mobilités internes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess