Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Recyclage de vêtements : les collecteurs à l'arrêt dans les deux Charentes

-
Par , France Bleu La Rochelle

Vous avez peut-être l'habitude de mettre les vêtements dont vous ne vous servez plus dans les bornes de collecte. Elles sont presque toutes fermées depuis la mi-mars en Charente et Charente-Maritime. C'est un véritable coup dur pour la filière qui ne peut toujours pas redémarrer.

Les entreprises et associations qui collectent des vêtements sont totalement à l'arrêt depuis la mi-mars. (Photo d'illustration)
Les entreprises et associations qui collectent des vêtements sont totalement à l'arrêt depuis la mi-mars. (Photo d'illustration) © Maxppp - Philippe TRIAS

À Royan, la mairie va retirer les six collecteurs de vêtements du Secours populaire et du Relais à partir de ce vendredi 12 juin. Ils débordent, car les riverains sont quand même venus déposer des habits alors que les associations ne peuvent plus traiter les dons. Elles sont à l'arrêt depuis le 17 mars et le début du confinement. Les entreprises et les associations du secteur espèrent reprendre rapidement leur activité.

Depuis le début du confinement, les associations ont des règles si strictes pour gérer les vêtements qu’elles récupèrent que certaines ont arrêté la collecte. C’est le choix du Secours populaire de Charente-Maritime. "On suit les recommandations sanitaires du ministère de la Santé", explique le secrétaire général Jean-Louis Rolland. Il poursuit : "On reçoit des tonnes de vêtements par mois. Il n'est pas question pour nous de les nettoyer à 60° à chaque fois que nous recevons des vêtements. On passerait notre temps à ça."

Des tonnes d'habits à traiter

L’association "Le soleil est la terre" en Charente gère 22 points de dépôts. Les huit bénévoles viennent tout juste de recommencer à vider les conteneurs. Ils vont avoir pas mal de travail selon Joël Seguin, le président : "On avait déjà 10 tonnes en stock, plus ce qui va arriver à stocker. On peut compter 25 à 30 tonnes." 

C'est le même constat du côté du Relais 17 à Surgères : "Notre premier gros travail, ça va être de vider l'ensemble des conteneurs et de ne pas les faire se remplir trop vite, parce que la charge de travail va être énorme là", estime Philippe La Forge, le président. Il sera, en plus, compliqué de vendre la marchandise.

Un marché au point mort

Les collecteurs de vêtements ne sont en plus pas sûrs de vendre derrière. Économiquement, le secteur est un peu dévasté selon Philippe La Forge. "Le gros souci, c'est que les marchés ne sont pas vraiment ouverts encore. Les différents clients, aujourd'hui, reçoivent la marchandise du mois de février et de mars." Il y a donc un bouchon. Le prix de la tonne de vêtement s'effondre aussi : "Le prix de l'original est, à peu près, à 200 € la tonne. Je vois sur le marché des propositions à 40 €", raconte-t-il. Les 20 salariés en Charente-Maritime restent pour l'instant au chômage partiel. L'association de Joël Seguin, de son côté, a perdu 12 000 €.

Les entreprises et les associations qui recyclent des vêtements attendent un plan d'aide du ministère de l'Environnement. Des négociations sont en cours ce jeudi 11 juin. En attendant la réouverture des bornes, elles conseillent de ne pas encore déposer de vêtements dedans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess