Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Redevance incitative en Dordogne : le SMD3 fait le bilan et répond aux critiques

-
Par , France Bleu Périgord

La première phase du déploiement des 1.314 "points d'apports volontaires" se termine dans quelques jours. Le SMD3 a fait le bilan ce vendredi 20 mai. Il a également répondu aux critiques de certains usagers mécontents qui se sont venus sur place.

Le Président du SMD3 Pascal Protano et le directeur Sylvain Marty
Le Président du SMD3 Pascal Protano et le directeur Sylvain Marty © Radio France - Thibault Delmarle

Le SMD3 a fait le point ce vendredi 21 mai sur le déploiement des dispostifs de redevance incitative depuis le siège à Coulounieix-Chamiers. Il est presque terminé car à partir du 31 mai "le contrôle d'accès des bornes d'ordures ménagères" sera activé. Les Périgourdins éligibles recevront une facture des six derniers mois de l'année, uniquement à titre indicatif. 

L'occasion pour le SMD3 (Syndicat Mixte Départemental des Déchets de la Dordogne) de faire un point sur les premiers effets des deux principaux changements du moment : la redevance incitative et le déploiement des points d'apport volontaires. Ces deux dispositifs poursuivent un but précis assure son président, diminuer la quantité d'ordure ménagère en Dordogne et une augmentation du tri sélectif. "On veut enfouir le moins de déchets !" justifie Pascal Protano.

Le tri augmente avec la redevance incitative selon le SMD3

La SMD3 veut mettre en avant le bilan de cette redevance. À Belvès, où le dispositif de redevance est déployé depuis 2019, la quantité d'ordures ménagères jetées par les habitants est en baisse de 30%, les emballages sont 20% plus triés qu'avant la mise en place du système. Plus 4% pour le Verre et 15% de plus pour le carton, selon les chiffres du SMD3. 

Le président du syndicat, élu depuis huit mois, reconnaît avoir "péché sur la communication" mais aujourd'hui  "ne veut pas laisser la place à d'autres pour communiquer" et souhaite répondre à chacune des problématiques. 

Pour les personnes à mobilité réduites sans aide à domicile, un fond de solidarité avec le concours du Département est à l'étude, et pour celles ayant des aides à domicile, il assure qu'aller déposer les sacs-poubelles ne sera pas une importante contrainte sachant que des bacs étanches vont être mis à disposition de ces salariés, surtout pour celles et ceux qui possèdent une voiture de service. Des sacs prépayés leur seront distribués pour qu'ils puissent évacuer les déchets de ces habitants. Le système d'ouverture de certains points d'apport volontaires étaient trop difficile à ouvrir : "on a pris le temps de remplacer les vérins des trappes" explique Pascal Protano.

"Avec le nouveau système, c'est discriminatoire"

En parallèle, une manifestation d'une quinzaine d'habitants de Dordogne mécontents de ces changements se tenait devant les locaux. "Les solutions du SMD3, c'est un peu comme des rustines sur une jambe de bois" s'irrite Florence Poumarede, la présidente de l'Association des mécontents de la collecte des déchets en Dordogne. "C'était un service public jusqu'à maintenant, mais avec le nouveau système, c'est discriminatoire, donc ce n'est plus un service public". 

Selon l'association et d'autres habitants du département, ces deux nouveautés sont à la fois discriminatoire pour les personnes n'ayant pas la possibilité de se rendre dans les Points d'apport volontaires, les bacs collectifs, mais aussi pour ceux qui ont une nécessité incompressible de produire de nombreux déchets

Pour les personnes à mobilité réduite, un système de porte à porte pourrait être mis en place explique le Président du SMD3 "si je choisis ce système là, il faut que je le paye en plus" s'indigne Françoise "j'estime que dans ma vie je suis déjà suffisamment pénalisée par mon handicap ! Pourquoi faudrait-il que je paye plus qu'une personne qui a ses deux bras et ses deux jambes ?". Par ailleurs, d'autres sont confrontés à la problématique comme les personnes incontinentes, ayant nécessairement une importante production de déchets. Plus de déchets, donc plus de passage à la poubelle, donc une redevance plus élevée. 

Une application en projet pour les vacanciers

La question des camping-caristes a aussi été évoquée. Comment vont faire ces vacanciers de passage en Dordogne pour évacuer leurs déchets ? "Des badges vont être vendus dans les bureaux de tabac" avance Pascal Protano, et à terme une application mobile va être développée pour que ces usagers de passage paient immédiatement l'évacuation de leurs déchets. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess