Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Réforme de la fonction publique : les syndicats indriens dénoncent une régression

mercredi 27 mars 2019 à 16:34 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

L'ensemble des syndicats de la fonction publique dans l'Indre s'est réuni ce mercredi à la cité administrative de Châteauroux. Tous dénoncent la réforme présentée en conseil des ministres, une "régression" selon eux.

Les syndicats de la fonction publique affichent leur unité contre le projet du gouvernement
Les syndicats de la fonction publique affichent leur unité contre le projet du gouvernement © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

La CGT, FO, la FSU ou encore l'Unsa, tous les syndicats de la fonction publique étaient présents, ce mercredi, dans la cour de la cité administrative à Châteauroux. Dans une conférence de presse, ils ont, à l'unisson, dénoncé la réforme présentée quelques heures plus tôt en conseil des ministres. Ce texte, qui a pour but, selon le gouvernement, de rendre la fonction publique "plus attractive et plus réactive", prévoit un recours accru aux contractuels, une refonte des instances de dialogue social, la possibilité de ruptures conventionnelles et plus de mobilité pour les agents, autant de points qui inquiètent les syndicats indriens. 

Le statut menacé ? 

Patrick Aymard de Force Ouvrière voit dans cette réforme "un tournant historique. Il y avait des attaques régulières contre la fonction publique, qui étaient plutôt light, là c'est un choc frontal avec la destruction du statut, la destruction du service public". De moins en moins de titulaires, de plus en plus de contractuels, donc plus de précarité et moins d'indépendance vis-à-vis de la hiérarchie, c'est comme ça que Raphaël Tripon, secrétaire départemental de la FSU décrit le projet de l'exécutif : "c'est une régression. De plus en plus le service public est attaqué, considéré comme inopérant, mais c'est parce qu'on empêche les agents d'exercer leurs missions au quotidien". Le représentant de la FSU fait aussi remarquer que les territoires ruraux comme l'Indre ont été particulièrement affectés par les disparitions de service public ces derniers temps, avec la perte de la maternité du Blanc, des fermetures de bureaux de poste et de trésorerie et des fermetures de classe. 

Plusieurs mobilisations sont prévues ces prochains jours : demain jeudi chez les agents des impôts, samedi 30 dans l'Education nationale, puis de nouveau le 4 avril. Enfin le 9 mai l'intersyndicale appelle à une journée nationale d'action et de grève pour la fonction publique.