Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Réforme de la SNCF : la CGT prête à un mois de grève, la CFDT propose un mouvement reconductible à partir du 14 mars

lundi 26 février 2018 à 19:19 - Mis à jour le lundi 26 février 2018 à 19:36 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Après les annonces du Premier ministre Édouard Philippe, ce lundi, sur la réforme de la SNCF, la réaction des syndicats n'a pas tardé. La CGT-Cheminots se dit prête à un mois de grève pour "faire plier le gouvernement." La CFDT-Cheminots propose, elle, une grève reconductible à partir du 14 mars.

Un militant CGT manifeste contre la loi travail, en juin 2016, sur les voies de la gare Montparnasse à Paris.
Un militant CGT manifeste contre la loi travail, en juin 2016, sur les voies de la gare Montparnasse à Paris. © Maxppp - Vincent Isore/IP3

Alors que le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé, ce lundi, vouloir mettre fin au statut de cheminot et recourir aux ordonnances pour mener à bien la réforme de la SNCF, les syndicats se préparent à une grève de grande ampleur. La CFDT propose, ce lundi soir, une grève reconductible à partir du 14 mars. 

La CGT-Cheminots se prépare à un mois de grève

La CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF, s'est dit, ce lundi soir, prête à faire un mois de grève pour "faire plier le gouvernement", a indiqué son secrétaire général Laurent Brun au Parisien. "Nous allons relever le défi. On est sûrement parti pour l'un des plus importants mouvements sociaux de l'histoire de la SNCF", ajoute-t-il. 

Une mobilisation dès le 14 mars ?

La CFDT-Cheminots a proposé, ce lundi soir, une grève reconductible à partir du 14 mars. "Le gouvernement démontre aujourd'hui qu'aucune négociation n'est envisagée, les décisions étant visiblement déjà prises", a dénoncé la CFDT dans un communiqué. Pour le syndicat, "les cheminots ont subi une attaque sans précédent". "Je ne laisserai personne cracher à la figure des cheminots", a pour sa part déclaré le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, dans Les Echos.

Nous sommes convaincus que les cheminots sont prêts à aller vers une mobilisation forte" - Roger Dillenseger, del'Unsa-ferroviaire 

Alors qu'une journée de mobilisation avait déjà été annoncée pour le 22 mars, les syndicats CGT, Unsa, SUD-Rail et CFDT avaient également menacé le gouvernement d'un "conflit majeur" s'il choisissait de recourir aux  ordonnances. L'Unsa-Ferroviaire, deuxième syndicat à la SNCF, avait annoncé vouloir proposer une grève avant le 22 mars, lors de l'intersyndicale prévue ce mardi. "Nous sommes convaincus que les cheminots sont prêts à aller vers une mobilisation forte", a affirmé sur franceinfo le secrétaire général de l'Unsa-ferroviaire Roger Dillenseger ce lundi soir. "Les remontées de terrain que j'ai, c'est qu'il y a une vraie attente pour que les organisations syndicales s'engagent de manière unitaire", a-t-il ajouté.