Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Réforme de la SNCF : les cheminots bourguignons rencontrent les députés et sénateurs de la région

vendredi 13 avril 2018 à 9:00 Par Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne

Alors qu'ils entament leur cinquième jour de grève, les cheminots bourguignons et francs-comtois ont décidé d'interpeller les députés et sénateurs de la région ce vendredi 13 avril. Une trentaine d'entre eux ont donné rendez-vous à Didier Martin, le député LREM de Côte-d'Or.

Les cheminots dijonnais devant la permanence de Didier Martin
Les cheminots dijonnais devant la permanence de Didier Martin © Radio France - Anne Pinczon Du Sel

Dijon, France

8h15, vendredi matin, avenue du drapeau à Dijon. Ils sont une trentaine sur le trottoir, drapeaux au vent, devant la permanence parlementaire du député, à échanger avec Didier Martin, le député LaREM de Côte-d'Or. Les cheminots bourguignons ont pris une série de rendez-vous aujourd'hui pour parler de la réforme de la SNCF. Ils ont rencontré plus tard dans la journée la députée Yolaine De Courson à Montbard et le sénateur Jacques Grosperrin, à Besançon.

Le dialogue entre cheminots et Didier Martin, député LREM de la Côte-d'Or - Radio France
Le dialogue entre cheminots et Didier Martin, député LREM de la Côte-d'Or © Radio France - Anne Pinczon Du Sel

Didier Martin est d'abord sorti sur le trottoir devant sa permanence pour discuter avec les cheminots. L'ambiance était assez mouvementée, les cheminots en colère s'exprimaient à grand renfort de coups de sifflets et d'insultes, "vendu", "menteur" en direction du député et du gouvernement. Une délégation de syndicaliste est finalement rentrée à l'intérieur avec Didier Martin pour discuter plus calmement dans son bureau. 

Didier Martin face aux cheminots - Radio France
Didier Martin face aux cheminots © Radio France - Anne Pinczon Du Sel

Les syndicats reprochent aux députés de ne pas maîtriser leurs dossiers : "et pourtant, ce sont eux qui vont voter les lois, mais ils ne savent même pas ce qu'ils votent" affirme Jean-Christophe Gossard, de la CGT cheminots. 

Les syndicats ont abordé plusieurs problèmes face au député : d'abord le manque de négociations,"ce n'est pas le nombre d'heures passés autour d'une table qui compte, nous voulons de vraies négociations, pas des discussions qu'on pourrait avoir au café mais qui n'aboutissent à rien." 

Ils ont aussi abordé le sujet de la dette "que le gouvernement envisage de reprendre seulement d'ici la fin du quinquennat", s'indignent les cheminots. "Sur ce sujet, j'ai l'impression que ça bouge un peu, avance à demi-mots Didier Martin, on parle plutôt de 2020." 

Les syndicats craignent aussi la disparition des petites lignes de train, malgré les promesses du gouvernement. "Vous pensez-vraiment que les régions peuvent assumer ces petites lignes ?" demandent les syndicats. "On leur a donné un peu de sous, répond le député, mais j'entends bien, j'entends bien ce que vous dites." 

Les cheminots demandent au gouvernement de restaurer la crédibilité de l'Etat, à qui ils ne font plus confiance. Ils estiment qu'à terme rien n'assure que l'Etat ne va pas se désengager complètement du capital de la SNCF, contrairement aux promesses qui sont faites aujourd'hui. 

La CGT a finalement remis à Didier Martin un dossier de 49 pages de propositions concrètes. Des propositions que le député juge "assez innovantes."