Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Réforme des retraites : environ 300 personnes à Metz pour un défilé nocturne aux flambeaux

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Alors que le projet de loi de réforme des retraites doit être examiné en Conseil des Ministres ce vendredi, environ 300 manifestants se sont mobilisés contre le texte, jeudi soir, à Metz. Un défilé de nuit éclairé par des lambeaux pour "être plus visuel" et attirer "ceux qui travaillent".

Gilets jaunes et syndicats se sont rassemblés place Mazelle à Metz pour un défilé aux flambeaux.
Gilets jaunes et syndicats se sont rassemblés place Mazelle à Metz pour un défilé aux flambeaux. © Radio France - Adrien Bossard

Metz, France

Les drapeaux syndicaux sont de sortie. Mais ils ne sont pas agités à tout-va. Et pour cause : la mobilisation messine contre la réforme des retraites, jeudi 23 janvier, se fait aux lambeaux. Des torches allumées de nuit, place Mazelle, avant d'être exhibées dans les rues de la ville jusqu'à la place d'Armes. 

Après six semaines de contestation et à la veille de l'examen du projet de loi en Conseil des Ministres, cette mobilisation se veut avant tout symbolique. "Nos retraites partent en lambeaux, on sort les flambeaux", glisse un militant syndiqué à la CGT, quand d'autres rappellent l'importance "d'être plus visuel et d'interpeller les passants pour continuer à faire pression sur le gouvernement." 

La convergence au centre des discours

En tête de cortège, Patrick Fusy, secrétaire départemental adjoint de Force Ouvrière de Moselle, reconnait, qu'après six semaines de contestation, il peut y avoir "une forme d'essoufflement" dans les rangs. Cette mobilisation nocturne "permet au contraire de mobiliser des gens qui travaillent et qui ne font pas la grève en semaine", poursuit le syndicaliste, bien décidé à "continuer la lutte jusqu'au retrait de la réforme des retraites".

Cette "retraite aux flambeaux" a été inspirée par une mobilisation des gilets jaunes, il y a quelques jours, à Metz. - Radio France
Cette "retraite aux flambeaux" a été inspirée par une mobilisation des gilets jaunes, il y a quelques jours, à Metz. © Radio France - Adrien Bossard

A l'arrière du cortège, les "gilets jaunes", eux, donnent de la voix. Ils représentent un peu moins de la moitié des manifestants et appellent à la convergence. "Il faut que tous les corps de métiers se mobilisent, gilets jaunes ou pas, syndicats ou pas, qu'importe, explique Josette, gilet sur le dos, et casquette jaune sur la tête. Il n'y a que comme ça que le gouvernement pourra plier. Nous avons une chose qui nous unit tous, cette réforme dont on ne veut pas, profitons-en pour nous rassembler." 

Une nouvelle manifestation est prévue ce vendredi à 14h, au départ de la gare de Metz.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu